04.08.2020 à 15:08

FranceDes villes françaises imposent le port du masque en extérieur

Pour éviter une seconde vague, plusieurs villes françaises comme Nice, Lille ou Toulouse rendent le masque obligatoire dans l’espace public.

Depuis lundi, le masque est obligatoire en extérieur dans de nombreuses villes françaises comme ici à Biarritz.

Depuis lundi, le masque est obligatoire en extérieur dans de nombreuses villes françaises comme ici à Biarritz.

KEYSTONE

La ville française de Toulouse va rejoindre une liste de plusieurs dizaines de municipalités qui imposent le port du masque en extérieur. Le conseil scientifique qui guide le gouvernement met en garde contre une reprise de l'épidémie.

A partir de mercredi, dans la quatrième ville de France, le masque sera obligatoire dans plusieurs quartiers très fréquentés où «les mesures barrières sont faiblement respectées», a expliqué la préfecture de Haute-Garonne (sud-ouest). Cette décision fait suite à une augmentation des cas de contamination au coronavirus dans le département, en particulier chez les 20-30 ans selon les autorités sanitaires.

Depuis lundi, le masque est obligatoire en extérieur dans de nombreuses villes françaises comme à Nice (sud-est), à Lille (nord) ou encore dans les villes touristiques de Biarritz ou Saint-Malo, sur la côte ouest. A Nice, des haut-parleurs ont été déployés pour faire des annonces afin d'interdire les attroupements et rappeler cette nouvelle obligation.

Respecter les gestes barrières

Mardi, en déplacement à Toulon, dans le sud-est du pays, le président Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité d'appliquer les gestes barrières. «Nous sommes encore en période de Covid-19 et donc il importe de continuer à respecter les gestes barrières, de porter le masque, de se laver régulièrement les mains au gel hydro-alcoolique, de faire attention», a-t-il affirmé.

Ses propos font écho à la sonnette d'alarme tirée dans la matinée par le conseil scientifique chargé de guider les pouvoirs publics dans la gestion de la crise liée au Covid-19. «Le virus circule de façon plus active, avec une perte accentuée des mesures de distanciation et des mesures barrières: l'équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment dans un scénario moins contrôlé comme en Espagne par exemple», a prévenu l'instance.

«La France se trouve dans une situation contrôlée mais fragile», ajoute le Conseil, jugeant «hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou l'hiver». Depuis fin juillet, la barre des 1000 nouveaux cas par jour a été dépassée dans le pays.

Ces derniers jours, le nombre de patients en réanimation a augmenté, une première depuis le 9 avril. 384 patients sont dans un état grave, contre plus de 7000 au pic de l'épidémie. Le nouveau coronavirus a fait 30'294 morts en France depuis le début de l'épidémie.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!