Publié

La chasse aux variantsDes visons ont été utilisés pour tester la chloroquine

Les humains et les mustélidés font des formes très proches du SARS-CoV-2. Ce qui permet aussi d’étudier la maladie. et ses mutations.

par
Jocelyn Rochat
Gilbert Greub est professeur au CHUV et spécialiste des zoonoses.

Gilbert Greub est professeur au CHUV et spécialiste des zoonoses.

CHUV

De manière générale, «les zoonoses vont dans les deux sens, soit de l’animal à l’homme, ou encore de l’homme à l’animal. On l’oublie souvent, mais il y a des maladies significatives que les humains peuvent transmettre aux animaux, comme l’a rappelé cet éléphant qui a fait une tuberculose dans un zoo suisse», explique le prof Gilbert Greub, au CHUV.

Ce spécialiste lausannois des zoonoses considère l’hypothèse de l’apparition de variants mutants du SARS-CoV-2 dans les élevages de visons comme «possible en théorie, et même comme hautement probable.»

Votre opinion

3 commentaires