Actualisé

GrèveDes vols Lufthansa annulés à Genève et Zurich

L'un des principaux syndicats de pilotes en Allemagne a appelé à un nouvel arrêt de travail des pilotes de Lufthansa dès lundi, à cause d'un conflit relatif à leurs indemnités de départ à la retraite.

Les pilotes de Lufthansa sont à nouveau en grève

Les pilotes de Lufthansa sont à nouveau en grève

Keystone

En Suisse, suite à une nouvelle grève de Lufthansa, 14 vols au départ de Genève et 30 de Zurich sont supprimés sur deux jours, selon une liste de la compagnie aérienne.

Le numéro un européen du transport aérien a prévenu que 1350 vols, soit près de la moitié des 2800 prévus lundi, étaient annulés. La grève a débuté lundi à 12h et doit se poursuivre jusqu'à mardi minuit. Elle touche les vols court et moyen- courriers en Allemagne, ainsi que les long-courriers, avait annoncé dimanche le syndicat des pilotes Vereinigung Cockpit.

Plus de 150'000 passagers étaient affectés lundi par la grève, qui vise à appuyer des revendications sur les modalités de départ en pré-retraite, selon la direction. Entamé en avril, le mouvement est en train de se durcir avec un dixième arrêt de travail plus long que les neuf précédents.

Francfort et Munich au centre du conflit

Lundi la plupart des vols annulés étaient au départ ou à destination de Francfort, principal «hub» de la compagnie, ainsi que Munich. L'aéroport de Berlin était en revanche quasiment épargné par les perturbations.

Les vols de fret de Lufthansa Cargo devraient également être touchés mardi à partir de 3h jusqu'à peu avant minuit. Germanwings, la filiale à bas coût de Lufthansa, n'est pas concernée par la grève, a ajouté le syndicat.

Jusqu'ici la situation est restée calme dans les aéroports allemands, les voyageurs ayant été informés en amont par courrier électronique ou sms. Sur son site internet, Lufthansa a en outre publié la liste des vols annulés ce lundi.

Désaccord sur les départs anticipés

Le syndicat de pilotes Cockpit avait de son côté rejeté sur la direction de Lufthansa, première compagnie aérienne d'Europe, la responsabilité de l'échec des négociations qui se déroulent depuis octobre et «en dépit de tous les efforts des pilotes pour trouver un compromis».

«Il faut trouver une solution (...). Nous sommes sur le point d'y arriver mais les négociations doivent reprendre et être menées jusqu'au bout», a déclaré dimanche à des médias allemands une autre porte-parole de Lufthansa, Barbara Schädler.

«Nous sommes toujours convaincus qu'une solution ne pourra être trouvée qu'ensemble et à la table des négociations», avait indiqué pour sa part samedi un porte-parole de Lufthansa dans un communiqué.

Les pilotes de Lufthansa s'opposent à de nouvelles conditions de fin de carrière. Ils entendent garder la possibilité de prendre une préretraite à 55 ans avec 60% de leur salaire, avant d'atteindre l'âge officiel de la retraite à 65 ans.

Grèves coûteuses

Lufthansa parvient souvent à limiter les effets de ces grèves en faisant voler d'autres pilotes, dont certains par exemple qui occupent maintenant d'autres fonctions au sein de la société, et en prévenant à l'avance les passagers.

Ces mouvements sociaux lui coûtent malgré tout très cher: fin octobre, la compagnie avait chiffré à environ 170 millions d'euros (205 millions de francs) le manque à gagner engendré par ces grèves à répétition.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!