Actualisé 20.09.2012 à 10:48

Chambres fédéralesDésaccord sur le prix de la vignette autoroutière

Le Conseil national veut faire passer le prix de la vignette autoroutière à 70 francs. Mais les Etats refusent de se contenter de cette augmentation. Ils veulent aller jusqu'à 100 francs.

Les Etats ont tacitement refusé de se contenter des 70 francs voulus par la Chambre du peuple.

Les Etats ont tacitement refusé de se contenter des 70 francs voulus par la Chambre du peuple.

Keystone

La vignette autoroutière va coûter plus cher. Après le National, le Conseil des Etats a donné jeudi son feu vert à une augmentation. Il veut même saler la note de 40 à 100 francs par an et a tacitement refusé de se contenter des 70 francs voulus par la Chambre du peuple.

Cette augmentation a été acceptée par 38 voix et 2 abstentions. Seul Markus Stadler (PVL/UR) a plaidé pour un ralliement au National qui, fin mai, a coupé la poire en deux en optant pour 70 francs. Le Vert'libéral voulait ainsi éviter d'accélérer des dépenses en faveur des routes.

Cent francs ne suffiront déjà pas à couvrir les besoins, c'est un minimum qui ne sera libéré que si les fonds du financement spécial pour la circulation routière tombent sous la barre du milliard de francs, a répliqué Georges Theiler (PLR/LU). Soit sans doute en 2015.

40 francs pour deux mois

Les 100 francs répondent au souhait du Conseil fédéral. Il s'agit de financer à long terme le réseau des routes nationales et la somme est supportable eu égard à l'importance du réseau pour le pays, a déclaré Claude Hêche (PS/JU) au nom de la commission. Un sésame de 40 francs existera toujours, mais avec une validité de deux mois.

L'actuelle vignette est bon marché en comparaison internationale, son prix n'a même pas été adapté à l'inflation depuis 20 ans. S'en tenir à 70 francs rapportera quelque 150 millions au lieu de 275 millions, a relevé la ministre des transports Doris Leuthard. L'aménagement et l'entretien des routes pourra être assuré, mais pas l'extension du réseau.

Bataille sur les tronçons

La définition de celle-ci a longuement occupé les sénateurs. Malgré l'appel de la conseillère fédérale à privilégier une vue globale des choses et à s'en tenir au compromis trouvé par le gouvernement et les cantons, les sénateurs ont défendu leurs régions respectives. Au final, seul le Tessin a tiré son épingle du jeu.

Le Conseil des Etats a tacitement inclus le tunnel Mappo Morettina d'environ 7 km, situé à proximité de Locarno. C'est un cas particulier qui revêt une importance stratégique pour le réseau des routes nationales.

Exit le ferroutage

Les sénateurs ont en revanche biffé par 30 voix contre 7 les tronçons de ferroutage aux tunnels du Lötschberg (BE/VS) et de la Vereina (GR) ajoutés par le National. Le texte voté alors étant flou, la traversée de ces tubes deviendrait gratuite, ce qui coûterait des centaines de millions, a fait valoir Claude Hêche. Cela renchérirait la demande et favoriserait un transfert du rail vers la route.

Il faut cesser de considérer la route et la rail de manière séparée et promouvoir le trafic combiné, a critiqué en vain René Imoberdorf (PDC/VS). Ce serait tout à fait contraire au système, la route devrait alors assumer les déficits de liaisons ferroviaires, a rétorquéDoris Leuthard.

La majorité a également tracé un tronçon manquant sur l'autoroute de l'Oberland zurichois prévu par le Conseil fédéral. Le Tribunal fédéral ayant accepté un recours contre le projet, il doit être revu et ne pourra être terminé dans les délais requis, a estimé la commission. Opposé à cette coupe, le Zurichois Felix Gutzwiller (PLR) n'a recueilli que 13 voix contre 23.

Contournements romands

Pour le reste, la majorité s'en est tenue au projet du gouvernement. Le contournement de Morges (VD) et l'autoroute du Glattal (ZH) seront intégrés au réseau. Berne reprendra également l'aménagement du contournement du Locle et de La Chaux-de-Fonds (NE).

Werner Luginbühl (PBD/BE) a échoué à obtenir un soutien pour l'Emmental et la Haute-Argovie en allongeant les routes nationales de deux liaisons d'accès à l'autoroute A1. Sa proposition a été repoussée par 25 voix contre 10.

Dans la foulée, le Conseil des Etats a tacitement transmis une motion du National réclamant un projet de stratégie de développement de l'infrastructure routière. Le Conseil fédéral devra y exposer les projets prévus d'ici à 2030. Il y était favorable.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!