10.11.2016 à 11:24

ArnaqueDétroussé après la messe

Profitant de la gentillesse d’un Genevois de 84 ans, une femme lui dérobe sa carte bancaire, et plus de 20 000 francs. Un cas de vol à l’astuce malheureusement très répandu.

par
Valérie Duby
Arnaqué dans une cabine téléphonique, au sortir de l’église, Georges raconte son histoire pour mieux faire connaître le procédé des malfrats.

Arnaqué dans une cabine téléphonique, au sortir de l’église, Georges raconte son histoire pour mieux faire connaître le procédé des malfrats.

Christian Bonzon

Il vient de se faire détrousser de plus de 20 000 fr., mais n’en conserve pas moins le sens de la formule. Georges, 84 ans, quittait l’église Sainte-Thérèse (GE), dimanche 30 octobre, lorsque le ciel lui est tombé sur la tête. «Je sortais de la messe, j’avais le cœur ouvert», raconte-t-il. L’octogénaire est abordé par une femme bien habillée. «Elle m’a dit que sa voiture était en panne, que son fils se trouvait à l’intérieur et qu’elle devait joindre le TCS», explique-t-il. La femme a repéré une cabine téléphonique rue de l’Athénée. Elle y conduit sa victime et lui dit d’utiliser sa carte bancaire pour téléphoner. «Elle s’est montrée très directive. J’étais énervé car, avec mon portable, je ne connais plus le fonctionnement d’une cabine. De plus, je devais rentrer à mon domicile m’occuper de mon épouse qui est très malade et que je ne peux pas laisser seule longtemps. J’ai saisi mon code une première fois en me trompant. Une deuxième. Encore une troisième, mais la carte n’est pas ressortie. Elle m’a expliqué que l’appareil avait avalé la carte, et elle est partie.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!