Publié

TurquieDeuil national après le drame minier qui a fait 274 morts

Les secouristes continuent de retirer victimes et blessés d'une mine turque où a éclaté un incendie mardi. Le bilan du drame fait état d'au moins 274 tués. Le Premier ministre Erdogan a décrété un deuil national de trois jours.

1 / 34
Un tribunal a condamné mercredi à 15 ans de prison l'ex-PDG de la mine turque de Soma où 301 personnes ont été tués en mai 2014. (Mercredi 11 juillet 2018)

Un tribunal a condamné mercredi à 15 ans de prison l'ex-PDG de la mine turque de Soma où 301 personnes ont été tués en mai 2014. (Mercredi 11 juillet 2018)

Keystone
Un tribunal turc a suspendu jusqu'à mercredi le procès de la catastrophe minière qui s'est ouvert ce lundi matin 13 avril. 301 personnes avaient perdu la vie il y a près d'un an à Soma.

Un tribunal turc a suspendu jusqu'à mercredi le procès de la catastrophe minière qui s'est ouvert ce lundi matin 13 avril. 301 personnes avaient perdu la vie il y a près d'un an à Soma.

AFP
Un tribunal turc a suspendu jusqu'à mercredi le procès de la catastrophe minière qui s'est ouvert ce lundi matin 13 avril. 301 personnes avaient perdu la vie il y a près d'un an à Soma.

Un tribunal turc a suspendu jusqu'à mercredi le procès de la catastrophe minière qui s'est ouvert ce lundi matin 13 avril. 301 personnes avaient perdu la vie il y a près d'un an à Soma.

AFP

L'accident a également blessé 80 personnes, dont quatre grièvement. Plus d'une centaine de mineurs étaient encore piégés dans la mine, à Soma, à 120 kilomètres au nord-est d'Izmir. Un membre dirigeant, qui se trouve sur place, a souligné à Reuters que le bilan définitif pourrait atteindre 350 tués.

Selon le ministre de l'Energie, Taner Yildiz, 363 mineurs ont été sauvés dans la mine où une explosion a eu lieu mardi après-midi provoquant un incendie. «Nos espoirs diminuent de plus en plus» pour retrouver des survivants», a indiqué M. Yildiz.

Injection d'oxygène

«Quatre équipes de sauveteurs travaillent à l'intérieur de la mine. Le feu crée des problèmes, mais de l'oxygène est injecté dans les puits qui n'ont pas été touchés», a expliqué M. Yildiz.

L'incendie, intervenu mardi après 15h00 (14h00 en Suisse), continuait en sous-sol. Ce qui gêne les opérations de secours, a dit le ministre.

L'explosion à Soma a eu lieu au moment du changement d'équipes, ce qui laisse planer une certaine incertitude sur le nombre exact de mineurs dans la mine au moment de l'explosion. Le ministre de l'Energie a déclaré mardi soir que 787 mineurs se trouvaient alors dans la mine.

Un deuil national de trois jours a été décrété dans le pays, a annoncé le cabinet du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Condoléances par le Conseil fédéral

Le chef du gouvernement a lui annulé une visite en Albanie prévue ce mercredi pour se rendre sur les lieux de la catastrophe. Le président turc Abdullah Gül a lui annulé un voyage en Chine prévu jeudi afin d'aller lui aussi à Soma.

Plusieurs dizaines d'habitants en colère ont manifesté à Soma contre le Premier ministre, l'appelant à démissionner, a indiqué une agence de presse turque. Des manifestants s'en sont pris à son véhicule officiel malgré un dispositif policier, lui donnant des coups de pieds, selon l'agence.

La police a elle fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau à Ankara et Istanbul contre des manifestants.

En Suisse, le Conseil fédéral présente ses condoléances au gouvernement et au peuple turc, a indiqué mercredi son porte-parole, André Simonazzi.

Enquête parlementaire

A Rome, le pape François, au sortir de son audience générale hebdomadaire, a appelé les fidèles catholiques du monde à prier pour les mineurs turcs tués dans l'accident. «Que le Seigneur accueille les défunts dans sa maison et donne réconfort à leurs proches», a déclaré le souverain pontife.

Le ministère du Travail a déclaré mardi soir que ses inspecteurs avaient effectué régulièrement des visites dans la mine de Soma. La dernière date du mois de mars et aucune irrégularité n'avait alors été notée.

Mais le Parti républicain du peuple (CHP, opposition laïque) a vu voici trois semaines sa demande d'enquête parlementaire sur les conditions de travail et de sécurité dans la région des houillères de Soma rejetée par le parti AKP au pouvoir, a déclaré un député CHP, Hursit Günes.

«Je vais renouveler aujourd'hui cette demande d'enquête parlementaire. Si le gouvernement a été averti de la situation et n'a rien fait, les gens vont être en colère, évidemment. L'opposition avait prévenu. Mais il règne une léthargie incroyable dans ce domaine», a dit Hursit Günes. M. Erdogan a lui rejeté les critiques concernant une éventuelle négligence de son gouvernement islamo-conservateur.

1000 décès en dix ans

Dans un communiqué, la compagnie minière privée Soma Komur a estimé que l'effondrement était «un accident tragique. (...) L'accident est survenu malgré un maximum de mesures de sécurité et des inspections, mais nous avons réussi à intervenir rapidement».

En 2012, l'Organisation internationale du travail (OIT) déclarait que la Turquie avait, en Europe, le taux le plus élevé de mortalité sur les lieux de travail, et, au plan mondial, le troisième rang le plus élevé. Entre 2002 et 2012, plus de 1000 mineurs turcs ont perdu la vie sur leur lieu de travail, selon l'OIT.

(ats)

Ton opinion