Etats-Unis: Deutsche Bank, Santander échouent aux tests
Publié

Etats-UnisDeutsche Bank, Santander échouent aux tests

C'est la deuxième fois que leurs filiales américaines sont retoquées par la Fed.

Un passant devant le siège de la banque Santander, à Madrid (Espagne), le 3 juin 2016.

Un passant devant le siège de la banque Santander, à Madrid (Espagne), le 3 juin 2016.

AFP

Les filiales américaines des banques allemande Deutsche Bank et espagnole Banco Santander ont échoué pour la 2e fois consécutive aux tests de résistance de la Réserve fédérale, tandis que Morgan Stanley n'a obtenu qu'un feu vert conditionnel, a indiqué la Fed mercredi.

L'autorité de régulation a retoqué les plans de distribution de liquidités - distribution de dividendes et rachats d'actions notamment - des deux banques européennes pour des «raisons qualitatives» et pour leurs procédures de contrôle jugées insuffisantes.

Elle a en revanche donné son feu vert aux 31 autres établissements (JPMorgan Chase Goldman Sachs, Citigroup, Bank of America, ...) soumis à ces tests mais a demandé à la banque d'affaires américaine Morgan Stanley, épinglée pour la première fois, de corriger certaines «faiblesses» d'ici 2016.

Deux banques étrangères passent les tests

Parmi les sept banques étrangères testées cette année, deux établissements --BancWest Corporation, filiale de BNP Paribas et le canadien TD Group-- sont parvenus à passer les tests même s'ils y étaient soumis pour la première fois.

L'année prochaine, plusieurs banques étrangères rejoindront la liste des établissements soumis aux tests, mais elles le feront en deux étapes annuelles, le temps de créer une holding rassemblant leurs actifs américains. Il s'agit notamment de la britannique Barclays, des Helvétiques Crédit Suisse et UBS et de la française Société Generale.

Tous les établissements bancaires avaient déjà franchi jeudi dernier la première phase de ces tests.

Ceux-ci déterminaient s'ils étaient de façon générale suffisamment capitalisés pour faire face à de sévères scénarii de crise, impliquant notamment une grave récession, un taux de chômage à 10% et des taux d'intérêt négatifs sur les bons du Trésor américain.

Vive récession au Royaume-Uni

Si les hypothèses de la Fed n'incluaient pas un scénario du type «Brexit» (sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne), une vive récession au Royaume-Uni, en zone euro et aux Etats-Unis faisaient partie des conditions hypothétiques soumises par le régulateur, a indiqué un haut responsable de la Fed.

La deuxième partie des résultats rendue publique mercredi a individualisé les tests en y incluant les projets de distribution de liquidités de chaque banque. C'est cette phase qui est la plus suivie par la communauté financière parce qu'elle détermine la rémunération des actionnaires de ces banques.

Tous les établissements apparaissent suffisamment capitalisés après leurs projets de distribution de capital au niveau «quantitatif», a précisé ce responsable de la Fed, mais trois présentent des défaillances au niveau «qualitatif».

Crédibilité

Deutsche Bank Trust Corporation, déjà mise à l'index l'année passée, continue d'avoir des problèmes de contrôle de sa gestion prudentielle «qui érodent sérieusement son projet de distribution de capital», affirme la Fed.

Santander Holdings USA, recalée pour la 3e fois d'affilée, «a fait des progrès dans l'amélioration de son approche des projections de pertes et de revenus» mais continue également d'avoir des problèmes de «supervision».

Le fait d'échouer à ces tests n'entraîne pas de sanctions mais altère la crédibilité de ces géants bancaires.

Pour Morgan Stanley, la seule banque américaine à être pointée du doigt cette année après Bank of America l'année dernière, la Fed a émis un avis favorable conditionnel demandant à la banque de présenter un nouveau scénario de distribution de liquidités d'ici le 29 décembre 2016.

Doublement des fonds propres

Une banque américaine, M and T Bank Corporation a pu parvenir à présenter un niveau suffisant de capitaux en changeant ses projets de distribution de liquidités entre jeudi dernier et la publication mercredi de la 2e salve de résultats, ce qui est autorisé par le processus de tests.

Pour cette 6e édition des tests de résistance bancaire mis en place après la crise financière de 2008, 33 géants de la finance dotés d'au moins 50 milliards de dollars d'actifs étaient sur la liste. Ils représentent plus de 80% des actifs bancaires aux Etats-Unis.

Depuis 2009 et l'adoption de la réforme de Wall Street Dodd Frank, les grandes banques dites systémiques, parce que leur faillite risquerait de mettre en péril le système financier global, ont augmenté leurs capitaux propres corporels de 700 milliards de dollars. Ils se montent désormais à 1'200 milliards de dollars, affirme la Fed.

Collectivement leur ratio de fonds propres a doublé entre 2009 et 2016 passant de 5,5% à 12,2%, a encore souligné la banque centrale.

(AFP)

Votre opinion