Publié

Hockey sur glaceDeutschland-Cup à Munich La Suisse étrille le Canada mais cherche toujours un buteur Par Serge Henneberg/Munich

Avec deux victoires et une défaite, la Suisse présente un bilan positif au terme de la Deutschland-Cup à Munich.

Après son revers 0-2 contre l'Allemagne samedi, elle s'est régalée contre le Canada (6-1). Reste que la question d'un buteur est toujours d'actualité au sein de la sélection nationale. Le coach Sean Simpson doit espérer que la NHL ne reprenne pas ou que les Detroit Red Wings soient éliminés rapidement pour récupérer Damien Brunner, et que Julien Sprunger retrouve toutes ses qualités en vue du prochain Mondial à Stockholm. Le match contre l'Allemagne, le plus significatif en terme de valeur sportive, a montré des failles dans le compartiment offensif suisse. Simpson se défend Menés au score dès la 5e minute dans cette rencontre, suite à un but de Ullmann marqué en double supériorité numérique, les joueurs helvétiques ont buté sur le portier Dennis Endras (Mannheim) durant 55 minutes. Les occasions n'ont pourtant pas manqué par Rubin, Romy, Wick, Pestoni, Hollenstein et Gardner quelques secondes avant le 2-0 dans la cage vide. «Bien sûr, nous avons perdu mais il y a finalement plus une différence de style que de valeur entre les deux équipes, souligne Sean Simpson. La Suisse se concentre plus sur la vitesse du jeu tandis que les Allemands sont à fond dans l'engagement physique.» Le coach de l'équipe nationale tenait également à rappeler certaines données. «Sous mon ère, nous avons rencontré cinq fois l'Allemagne et nous avons perdu quatre fois. Ok. Mais combien de fois les deux équipes s'affrontaient avec leur équipe A ? Une fois à Mannheim (réd: quart de finale du Championnat du monde perdu 0-1). Donc il faut comparer ce qui est comparable.» Trois buts en supériorité numérique Le coach suisse aura tout de même apprécié la sortie des siens dimanche. Ils ont dynamité 6-1 le Canada avec trois buts en supériorité numérique. La sélection helvétique n'avait plus fêté un succès aussi large depuis un 10-1 contre la France en décembre 2009. Face à une équipe du Canada formée exclusivement par des joueurs évoluant dans le Championnat d'Allemagne, ils se sont régalés. Mais avant de faire trembler les filets de Sébastien Caron (ex Fribourg Gottéron et Lugano), les joueurs de Sean Simpson ont connu dix premières minutes très difficiles. Ils n'ont d'ailleurs adressé leur premier tir sur le Québécois qu'à la 10e minute. Sans une nouvelle grande prestation de Martin Gerber dans la cage helvétique, la situation aurait pu être beaucoup plus compliquée. Mais dès le début de la deuxième période, les choses ont changé. «Nous avons eu de nombreuses discussions à la première pause, convenait Kevin Romy. Nous n'étions pas du tout satisfaits de notre manière de jouer jusque-là.» Le deuxième but helvétique en power-play signé par le défenseur Tim Ramholt (Davos), qui a dévié un tir d'Ambühl à la 32e, a placé les Suisses sur la voie du succès. Ce n'était que le prélude à l'avalanche de buts de la dernière période. Avec quatre réussites dans l'ultime tiers-temps, la sélection de Sean Simpson s'est régalée. Roman Wick (2 buts) et Kevin Romy (1 goal) ont battu Caron sur des buts magnifiques. Le centre de Genève-Servette fut bien le meilleur Suisse tout au long du tournoi. Il n'est pas certain que le coach national ait trouvé de nouveaux candidats pour le Championnat du monde, hormis les sept joueurs qui y étaient déjà la saison dernière (Romy, Wick, Berra, von Gunten, Ambühl, Hollenstein et Rubin). A part la confirmation que Martin Gerber est toujours compétitif au plus haut niveau, personne n'a émergé si ce n'est peut-être le défenseur Tim Ramholt, capable d'apporter quelque chose sur le plan offensif. Note aux rédactions: Résumé week-end

(SI)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!