Vaud – Deux alpinistes hélitreuillés au Miroir d’Argentine
Publié

VaudDeux alpinistes hélitreuillés au Miroir d’Argentine

Samedi en fin de journée, deux personnes sont restées bloquées en raison de la neige. Leur sauvetage en deux temps a fini dans la nuit.

1 / 3
L’hélicoptère de la Rega a dû effectuer un premier sauvetage au soleil couchant, l’autre de nuit.

L’hélicoptère de la Rega a dû effectuer un premier sauvetage au soleil couchant, l’autre de nuit.

Rega
Les deux grimpeurs ont pu être ramenés sains et saufs à leur véhicule.

Les deux grimpeurs ont pu être ramenés sains et saufs à leur véhicule.

Rega
Le départ a eu lieu sous le brouillard et le retour dans la nuit.

Le départ a eu lieu sous le brouillard et le retour dans la nuit.

Rega

Samedi en fin de journée, deux personnes sont restées bloquées dans leur ascension au Miroir d’Argentine au-dessus de Gryon (VD), par la neige notamment. Elles ont pu être extraites de leur fâcheuse posture grâce aux efforts conjugués de l’équipage lausannois de la Rega et de deux spécialistes du sauvetage héliporté (SSH) de la colonne de secours de Villars-Gryon. La première évacuation a été effectuée à l’aide du treuil de sauvetage avec les derniers rayons du soleil, et la seconde de nuit, communique ce lundi la Rega.

Alarmée par les grimpeurs, la centrale d’intervention de la Rega a mobilisé l’équipage de la base de Lausanne et, en parallèle, deux SSH pour cette intervention sur une falaise calcaire de la face nord du Miroir d’Argentine.

Sur place les SSH se sont rapidement rendu compte qu’une descente en rappel serait nécessaire pour évacuer le grimpeur qui se trouve en contrebas de son collègue. Le paramédic, aussi opérateur du treuil de sauvetage, a descendu les deux SSH pour leur action sur cette paroi d’environ 450 mètres de dénivelé. La connaissance du terrain par les deux spécialistes, qui savaient exactement où se trouvaient les relais, a beaucoup aidé à appréhender cette mission technique. Avoir pu observer la situation et effectuer le premier treuillage de jour a simplifié l’intervention.

Les SSH ont pu sécuriser et évacuer le premier grimpeur avant le crépuscule puis descendre en rappel vers le second, le sécuriser et l’évacuer de nuit. Après un contrôle médical succinct, les sauveteurs ont déposé les deux alpinistes auprès de leur véhicule pour un retour chez eux sains et saufs.

Départ sous la couche de brouillard

À Lausanne, l’équipage a percé la couche de brouillard grâce à la procédure Helicopter Departure in
Fog, une spécialité nationale. Lorsque la couche de brouillard, habituelle en automne, ne s’élève pas
plus que 500 mètres depuis le sol et qu’elle n’est pas plus épaisse que 300 mètres, cette procédure de
vol à vue typiquement suisse s’applique.

(Comm/M.P.)

Votre opinion

0 commentaires