09.12.2016 à 14:28

CyclismeDeux arrivées en montagne pour le Tour de Romandie

En 2017, les coureurs se disputeront la victoire à Champéry et à Leysin, pour ce qui est des étapes taillées pour les grimpeurs.

Richard Chassot a présenté vendredi le parcours, ainsi que l'affiche, de l'édition 2017 du Tour de Romandie.

Richard Chassot a présenté vendredi le parcours, ainsi que l'affiche, de l'édition 2017 du Tour de Romandie.

Keystone

Le parcours du Tour de Romandie 2017, dévoilé à Payerne (VD), apparaît nerveux et taillé pour les baroudeurs. Entre le départ à Aigle, le mardi 25 avril, et l'arrivée en forme de contre-la-montre individuel à Lausanne, le dimanche 30, la caravane s'aventurera dans la Broye, en Gruyère et dans les Alpes.

Un prologue dans la ville où siège l'UCI, une arrivée en montagne à Champéry (VS), une arrivée à Bulle (FR), un circuit autour de Payerne, une étape de montagne avec une ascension vers Leysin (VD) et un contre-la-montre qui reprendra une très grande partie du parcours originel d'A Travers Lausanne, la 71e édition du Tour de Romandie devrait favoriser les échappées.

Après une cuvée 2016 extrêmement relevée et un passionnant duel Quintana-Froome, le plateau 2017 n'a pas encore livré ses secrets. «On sait qu'il y aura les 17 équipes World Tour», a relevé le directeur Richard Chassot. «Pour le reste, c'est encore flou. Nous avons six équipes candidates sur le circuit Continental Pro, mais évidemment aucune équipe suisse hormis BMC», la formation d'Andy Rihs qui court sous licence américaine mais qui comptera l'an prochain sept Suisses dans son effectif.

Peu de coureurs suisses présents en 2017

Richard Chassot se dit chanceux de pouvoir s'appuyer sur une course rapportant 500 points au vainqueur. Mais l'élargissement du World Tour pose des questions pour le futur de certaines courses en Europe.

IAM Cycling ayant disparu et Team Roth ne favorisant plus que son équipe espoir, la participation suisse devrait être bien moins forte sur les routes romandes l'année prochaine. Un état des lieux que regrette Richard Chassot: «De voir qu'un Jonathan Fumeaux se retrouve sans équipe à l'heure actuelle me fait mal au coeur.» Le directeur de la course est également revenu sur le nombre de coureurs présents dans chaque équipe: «Les organisateurs des grandes courses aimeraient réduire le nombre de coureurs par équipe, alors que les équipes voudraient engager davantage de forces. Mais on part a priori sur huit athlètes par team.»

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!