Genève: Deux élèves exclus d'une école après une rixe
Publié

GenèveDeux élèves exclus d'une école après une rixe

Les protagonistes de la bagarre au couteau au Cycle d'orientation de Montbrillant, mardi dernier, à Genève, seront exclus de l'établissement.

Anne Emery-Torracinta a décidé que deux élèves genevois ne réintégreront pas leur classe après une rixe au couteau.

Anne Emery-Torracinta a décidé que deux élèves genevois ne réintégreront pas leur classe après une rixe au couteau.

Keystone

«Je n'entends pas que l'école devienne un champ de bataille», a dit samedi la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta. «Je ne peux pas donner d'éléments détaillés, mais j'aimerais que l'on comprenne qu'il s'agit d'un règlement de comptes entre deux personnes qui aurait pu se passer en dehors du cadre scolaire», a-t-elle relevé dans une interview à «La Tribune de Genève».

C'est pourquoi l'agresseur, mais aussi l'agressé doivent changer de collège. «Il faut les séparer, ne serait-ce que pour les protéger et pour la sérénité de l'établissement», a-t-elle ajouté.

Conseil de discipline

La magistrate en charge du Département de l'instruction publique (DIP) a expliqué que l'exclusion des deux élèves n'était pas une sanction en soi. Celle-ci sera prise ultérieurement par le conseil de discipline.

«Pour le cas de Montbrillant, le département a l'intention de saisir le conseil de discipline pour qu'une instance composée de membres externes puisse examiner ce qui s'est passé», a précisé Anne Emery-Torracinta.

Prévention

La socialiste a rappelé que plusieurs actions de prévention à la violence étaient en vigueur dans les écoles genevoises. «Au Cycle de Montbrillant, les élèves de neuvième année ont tous suivi une demi-journée sur la gestion des conflits», a-t-elle noté. Elle a aussi mentionné le travail mené avec l'organisation Action Innocence sur les réseaux sociaux.

Reste que l'école «n'est pas à l'abri de ce qui se passe dans la société», a reconnu le cheffe du DIP. «On fait au mieux pour que ce soit un lieu serein, le plus neutre et protégé possible», a-t-elle conclu.

(ats)

Votre opinion