Motocyclisme: Deux Français bien seuls...
Publié

MotocyclismeDeux Français bien seuls...

À Assen, la traditionnelle conférence de presse d’avant-GP n’a réuni que deux pilotes. De la même nationalité, Fabio Quartararo et Johann Zarco. Pour quelques jolis mots...

par
Jean-Claude Schertenleib

Ils devaient être trois, l’un d’entre eux – Aleix Espargaró – a connu un souci avec son vol en direction des Pays-Bas: Fabio Quartararo et Johann Zarco se sont donc retrouvés entre eux à la veille des essais du GP des Pays-Bas, le dernier avant la pause estivale. L’occasion de dresser un premier bilan: «Les premiers GP ont été moins bons que l’an dernier, parce que je me plaignais trop de mon handicap en vitesse de pointe, plutôt que de me concentrer sur mon pilotage. Dès le retour en Europe, ce fut nettement meilleur», avoue ainsi un champion du monde en titre bien décidé à conserver sa couronne.  

La phrase du jour: Johann Zarco

«J’ai dit à Paolo Ciabatti (ndlr: directeur sportif de Ducati) et à «Gigi» Dall’Igna (ndlr: le grand patron): si vous hésitez entre un Italien (Bastianini) et un Espagnol (Martin) pour compléter le team d’usine, prenez celui qui, géographiquement, se trouve entre les deux»: au cap de la mi-saison, c’est bien un Français qui est le meilleur pilote Ducati au classement du championnat.  

Ce que promettent les chiffres...

5e en France, 4e en Italie, 3e en Catalogne, 2e en Allemagne: la logique mathématique voudrait que Johann Zarco remporte enfin son premier GP dans la catégorie reine ce week-end. «Peut-être, mais il est plus facile de parler de cette logique que de la concrétiser», rigole le Cannois. 

Acosta s’est fracturé le fémur gauche

Pedro Acosta.

Pedro Acosta.

AFP

Vainqueur au Mugello, 2e dimanche dernier au Sachsenring, le champion du monde Moto3 en titre, Pedro Acosta, est à l’arrêt: il s’est fracturé le fémur gauche mardi matin à l’entraînement. Celui qui est devenu le plus jeune vainqueur de l’histoire de la classe intermédiaire a été opéré jeudi matin à l’hôpital universitaire Dexeus, à Barcelone. Son but est de revenir aux affaires après la pause estivale (après l’annulation du GP de Finlande, elle s’étend sur cinq semaines), soit pour le GP de Grande-Bretagne, à Silverstone, le week-end du 7 août.

Tatay puni: deux poids, deux mesures?

Carlos Tatay.

Carlos Tatay.

AFP

Carlos Tatay, l’un des deux pilotes du team CFMoto dirigé par Thomas Lüthi, devra subir deux pénalités de «long lap» dimanche pendant la course Moto3. Son comportement dans le premier virage du GP d’Allemagne a en effet été jugé «irresponsable, son action mettant en danger ses adversaires». Si on regarde attentivement les images de sa faute (parce que faute il y a, c’est indéniable), on sera surpris de constater que ces images ressemblent étrangement à celles de la chute du début du GP de Catalogne MotoGP, lorsque Takaaki Nakagami avait emmené Bagnaia et Rins, celui-ci se fracturant à deux endroits son poignet gauche. Or, à Catalunya, les mêmes commissaires qui ont jugé Tatay dimanche dernier avaient estimé qu’il s’agissait d’un «fait de course». Y aurait-il deux poids, deux mesures, que l’on soit pilote Moto3 ou star du MotoGP?   

Aegerter «à domicile» 

Dominique Aegerter.

Dominique Aegerter.

LDD

Il y a tout juste deux mois, il remportait les deux courses du mondial Supersport à Assen. Dominique Aegerter est de retour dans l’auto-proclamée «Cathédrale de la vitesse», cette fois dans le cadre de la Coupe F.I.M. MotoE, un championnat qu’il mène avec 29 points d’avance sur son premier dauphin. «Comme mon team Supersport est basé tout près d’ici, j’ai énormément de fans aux Pays-Bas. Je me réjouis donc de ce week-end, que j’attaquerai comme toujours. 29 points, c’est beaucoup lorsqu’il faut les rattraper, mais on peut les perdre très rapidement. Donc, concentration totale dès vendredi matin», prévient le pilote de Rohrbach. Qui, comme tous, sait que la météo n’est pas très optimiste: on annonce de la pluie toute la journée de vendredi, puis des averses aussi bien samedi que dimanche sur la province de Drenthe. 

Le GP du Japon raccourci

Organiser le GP du Japon une semaine après celui d’Aragón pose des problèmes logistiques importants. Pour parer à toute mauvaise surprise cet automne – on sait que le trafic mondial de fret aérien est durement touché depuis le début de la guerre en Ukraine, la majorité des compagnies spécialisées dans ce genre de travail étant basées en Russie, Dorna, le promoteur du championnat, a d’ores et déjà modifié le programme du week-end nippon, à Motegi. Le vendredi après-midi, il n’y aura qu’une séance d’essais libres par catégorie (allongée de 45 à 75 minutes pour la seule classe MotoGP), une seconde séance d’essais libres est fixée le samedi matin; c’est au terme de celle-ci que seront désignés les pilotes directement qualifiés pour la superpole et, corollaire, ceux qui devront passer par Q1.

Votre opinion