Espagne: Deux «Indignées» à la tête de Barcelone et Madrid
Actualisé

EspagneDeux «Indignées» à la tête de Barcelone et Madrid

Deux «Indignées» seront investies maires samedi: Ada Colau à Barcelone et Manuela Carmena à Madrid.

Ada Colau, une des égéries du mouvement des indignés, remporte la mairie de Barcelone.

Ada Colau, une des égéries du mouvement des indignés, remporte la mairie de Barcelone.

Keystone

Ada Colau sera investie samedi 13 juin maire de Barcelone avec les voix d'indépendantistes et socialistes qui lui permettront d'avoir la majorité absolue, ont annoncé plusieurs partis vendredi. Cette militante est l'une des égéries du mouvement des indignés.

Ada Colau était pratiquement certaine d'être maire, étant arrivée première aux municipales du 24 mai. Sa liste, soutenue par la formation antilibérale Podemos, a obtenu 11 élus sur 41, contre dix pour celle de Xavier Trias, le maire conservateur sortant.

Militante anti expulsions

Elle sera soutenue par ERC, un parti de gauche indépendantiste républicain disposant de 5 sièges, et les socialistes (quatre sièges). Cette militante anti expulsions de 41 ans va ainsi devenir la première femme à la tête de Barcelone, 1,6 million d'habitants.

«Nous allons voter pour l'investiture d'Ada Colau par sens des responsabilités parce que nous croyons en l'union des personnes engagées pour la justice sociale, le progrès et le bien-être», a annoncé vendredi Alfred Bosch, chef de file d'ERC dans la ville.

Vendredi soir, le conseil du parti socialiste à Barcelone a pris la même décision, selon son candidat Jaume Colboni. Un élu du petit parti antilibéral CUP s'est également engagé à la soutenir.

L'échec de la droite

Comme à Madrid, la droite avait tenté de convaincre les socialistes de former une alliance contre la candidate indignée, accusé de menacer l'ordre établi, pour éviter que Barcelone ne devienne «la capitale des antisystèmes». Sa tentative n'a pas été suivie d'effet.

Ada Colau, qui sera investie samedi à partir de 17h00, devra cependant nouer des alliances pour obtenir une majorité stable au-delà de cette séance de prise de fonction, son conseil municipal étant très divisé, avec sept forces en présence.

Elle entend en effet mettre en oeuvre un plan de choc contre les inégalités à Barcelone. Elle prévoit de stopper les expulsions de logements, de baisser les tarifs de l'énergie et de mettre en place un revenu minimum de 600 euros.

A Madrid aussi

A Madrid, la candidate du mouvement des indignés Manuela Carmena a obtenu le soutien du Parti socialiste ouvrier (PSOE). Cette ex-juge âgée de 71 ans fut une opposante communiste à Franco.

«Les conversations en vue de l'investiture de Manuela Carmena que nous avons eues avec le PSOE ont porté leurs fruits», a annoncé jeudi la liste Ahora Madrid dans un communiqué. Les vingt élus de cette liste alliés aux neuf socialistes auront la majorité au sein du conseil municipal, ce qui permettra cette investiture.

Manuela Carmena a terminé en deuxième position lors des élections municipales du 24 mai. Elle est arrivée derrière la candidate de la droite Esperanza Aguirre.

Sa liste composée en partie de personnes issues du mouvement des «indignés», né en mai 2011 à Madrid contre l'austérité et la corruption, a obtenu 20 sièges (31,8% des suffrages) contre 21 (35,5%) pour Esperanza Aguirre. Les socialistes ayant eu neuf sièges (15,3%), Manuela Carmena pourra gouverner avec eux.

(ats)

Votre opinion