Publié

RussieDeux nouveaux recours de Greenpeace rejetés

La justice russe a rejeté les recours de deux militants britanniques maintenus en détention pour leur action au sein de l'Arctic Sunrise.

1 / 36
L'activiste de Greenpeace Marco Weber est de retour en Suisse. Il a pu quitter la Russie après avoir obtenu un visa de sortie. (30 décembre 2013)

L'activiste de Greenpeace Marco Weber est de retour en Suisse. Il a pu quitter la Russie après avoir obtenu un visa de sortie. (30 décembre 2013)

Keystone
La justice russe a mis fin à de nouvelles poursuites contre des militants de Greenpeace inculpés après une action dans l'Arctique, dont le Zurichois Marco Weber. (25 décembre 2013)

La justice russe a mis fin à de nouvelles poursuites contre des militants de Greenpeace inculpés après une action dans l'Arctique, dont le Zurichois Marco Weber. (25 décembre 2013)

Keystone
La Russie amnestie les 30 activistes de Greenpeace, dont le Zurichois Marco Weber et le groupe contestataire Pussy Riot et. (18 décembre 2013)

La Russie amnestie les 30 activistes de Greenpeace, dont le Zurichois Marco Weber et le groupe contestataire Pussy Riot et. (18 décembre 2013)

Keystone

La justice russe a rejeté vendredi deux nouveaux recours des militants de Greenpeace, arrêtés fin septembre dans l'Arctique russe et accusés de piraterie. Quatre autres personnes ont déjà été déboutées dans le cadre de la même affaire.

Le journaliste freelance Kieron Bryan et le militant de Greenpeace Phillip Ball, tous les deux ressortissants de Grande-Bretagne, sont maintenus en détention jusqu'à fin novembre, selon la décision du tribunal régional de Mourmansk, a annoncé l'ONG écologiste.

L'Arctic Sunrise avait été arraisonné fin septembre par un commando héliporté des garde-côtes russes en mer de Barents (Arctique russe) après que des membres de l'équipage, en canots pneumatiques, ont abordé une plate-forme pétrolière russe et tenté de l'escalader, selon eux, pour y implanter une banderole dénonçant les risques écologiques.

Crimes graves

Tout l'équipage du navire, 28 militants de l'ONG, parmi lesquels un Suisse, et deux journalistes freelance. a été placé en détention pour deux mois à Mourmansk. Les 30 membres de l'équipage, dont 26 ne sont pas russes, ont ensuite été inculpés de «piraterie en groupe organisé», ce qui les rend passibles de 15 ans de détention.

Mercredi, le Comité d'enquête russe a annoncé préparer de nouvelles inculpations pour «crimes graves» à l'encontre de l'équipage, en précisant que des «produits stupéfiants» avaient été saisis à bord de l'Arctic Sunrise. Le tribunal régional de Mourmansk a déjà rejeté cette semaine le recours de quatre membres d'équipage de ce navire sur leur incarcération.

(ats)

Ton opinion