Publié

CyclismeDeux Slovènes pour un maillot jaune

Le départ du 108e Tour de France sera donné ce samedi à Brest. Le duel entre Roglic et Pogacar va être arbitré par Thomas et sa formation d’Ineos. Les Suisses auront leur carte à jouer d’ici au 18 juillet.

par
Claude-Alain Zufferey/AFP
Tadej Pogacar, avec son maillot blanc de meilleur jeune (à g.), et Primoz Roglic, avec son maillot jaune, dans la montée du col du Loze lors de la 17e étape du Tour de France 2020.

Tadej Pogacar, avec son maillot blanc de meilleur jeune (à g.), et Primoz Roglic, avec son maillot jaune, dans la montée du col du Loze lors de la 17e étape du Tour de France 2020.

AFP

Le profil de cette Grande Boucle 2021 sera moins favorable aux grimpeurs que celui de l’année dernière. Le dénivelé positif passe de 57’000 à 52’000 mètres et seules trois arrivées au sommet sont au programme: une dans les Alpes (Tignes) et deux dans les Pyrénées (col du Portet, Luz-Ardiden). Parmi les temps forts, il ne faudra pas oublier de suivre la 11e étape avec une double ascension du Ventoux.

Le contre-la-montre individuel retrouvera quant à lui ses lettres de noblesse. Les 58 kilomètres répartis en deux étapes forment le total le plus élevé depuis 2013. Cette particularité risque bien de reléguer au rang d’outsiders des coureurs comme Miguel Angel Lopez (Movistar) et Rigoberto Uran (EF Pro Cycling).

L’armada Ineos peut faire fort

Au moment de dégager des favoris pour le podium final du 18 juillet sur les Champs-Elysées, les noms de Tadej Pogacar et Primoz Roglic résonnent comme une évidence. Les deux Slovènes ont justifié leur statut dans la première partie de la saison. Ils ont obtenu les pleins pouvoirs dans leurs équipes respectives, UAE et Jumbo, afin d’éviter l’affrontement avec leurs rivaux depuis le mois d’avril.

L’équipe Ineos avec au centre Geraint Thomas. Attention à eux.

L’équipe Ineos avec au centre Geraint Thomas. Attention à eux.

AFP

Mais il ne faut pas oublier la grosse équipe Ineos, qui a pris les commandes depuis le mois de juin. Elle a squatté les podiums, au Dauphiné avec l’Australien Richie Porte et au Tour de Suisse avec l’Équatorien Richard Carapaz. Au départ des 3414 kilomètres, la plus riche équipe du peloton s’offre le luxe d’aligner deux autres prétendants, Tao Geoghegan Hart et surtout Geraint Thomas, tous deux de nationalité britannique, comme le groupe qui a dominé les Tours de la dernière décennie. «Nous avons l’équipe pour prendre l’initiative et saisir chaque opportunité. Nous avons changé notre philosophie de course cette saison pour être plus ouverts et agressifs», explique le patron d’Ineos, Dave Brailsford.

Une première semaine rythmée

En attendant que les routes s’élèvent, la course va proposer une première semaine rythmée, entre sprints, contre-la-montre et arrivées pour puncheurs en Bretagne. À l’exemple de la première étape, à Landerneau, pour un match entre le champion du monde Julian Alaphilippe et le débutant néerlandais Mathieu van der Poel, petit-fils de Raymond Poulidor.

«La première semaine s’annonce difficile», prévoit Thomas, l’un des quatre vainqueurs du Tour présents sur la ligne de départ. Avec Pogacar bien sûr mais aussi le Britannique Chris Froome, redevenu équipier pour son retour sur le Tour après son grave accident, et l’Italien Vincenzo Nibali, tourné vers un succès d’étape comme tant d’autres.

Entre les chutes et les cassures dans le peloton, «tout le monde sait qu’il arrivera quelque chose dans les premiers jours, c’est toujours le cas», ajoute Thomas. «Les écarts ne seront pas très grands après cette première semaine mais tant mentalement que physiquement, cette première phase exigera beaucoup d’énergie et se fera sentir en dernière semaine».

Des Suisses en chasseurs d’étapes

Six Suisses sont au départ de ce Tour de France 2021: Marc Hirschi (UAE), Stefan Küng (Groupama-FDJ), Stefan Bissegger (EF Pro Cycling), Silvan Dillier (Alpecin-Fenix), Reto Hollenstein (Israel Start-Up Nation) et Michael Schär (AG2R Citroën).

Il ne faudra pas compter sur eux pour ramener le maillot jaune à Paris. En revanche, ils sont tout à fait capables de gagner des étapes. La première semaine de course devrait d’ailleurs bien leur convenir. Il ne serait pas surprenant de voir Hirschi pointer le bout de son nez lors des deux premières étapes. Membre de l’équipe de Pogacar, le Bernois n’aura cependant pas autant de liberté que l’an dernier, lorsqu’il s’était imposé en solitaire au terme de la 12e étape.

Les deux Stefan, Bissegger et Küng, auront les deux chronos pour se mettre en évidence. Le Thurgovien d’EF Pro Cycling va tout miser sur le premier, qui aura lieu mercredi sur 27,2 km, entre Changé et Laval. Quant à Küng, il l’a dit haut et fort, son but est d’inscrire son nom au palmarès du Tour de France. Il aura donc au moins deux chances cette année.

Votre opinion