Bénin – Deux soldats béninois tués dans l’explosion d’une mine
Publié

BéninDeux soldats béninois tués dans l’explosion d’une mine

Une mine a explosé jeudi sur le passage d’un véhicule de l’armée béninoise, près de la frontière avec le Burkina Faso, faisant deux victimes.

Dans le nord, l’armée du Bénin a été la cible début décembre de deux attaques djihadistes qualifiées d’«ignobles» par le président Patrice Talon. (Image d’illustration)

Dans le nord, l’armée du Bénin a été la cible début décembre de deux attaques djihadistes qualifiées d’«ignobles» par le président Patrice Talon. (Image d’illustration)

AFP

Au moins deux soldats béninois sont décédés jeudi dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule dans le nord-ouest du Bénin, près de la frontière avec le Burkina Faso, ont affirmé à l’AFP deux sources militaires.

Dans le nord, l’armée a été la cible début décembre de deux attaques djihadistes qualifiées d’«ignobles» par le président Patrice Talon, les premières reconnues officiellement par les autorités. Des renforts militaires avaient été envoyés sur place. Jeudi, un véhicule militaire a déclenché un engin explosif dans le département de l’Atacora, près du parc de la Pendjari où deux touristes français avaient été enlevés en 2019 par des bandits.

«Un militaire est décédé sur place, un second a rendu l’âme à l’hôpital et un troisième est dans un état critique. Il y a également eu d’autres blessés», a affirmé à l’AFP un haut responsable militaire sous couvert de l’anonymat.

Un autre officier, joint par téléphone, a confirmé «la mort de deux soldats», précisant qu’il «ne s’agit pas d’une attaque, mais d’un véhicule militaire qui a sauté sur une mine artisanale alors qu’il allait faire une opération». Pour l’heure, le gouvernement et l’armée n’ont pas fait de déclaration officielle.

«Renforcer» le dispositif militaire

Moyizou Tourare, un habitant de Tanguiéta, localité où est survenu le drame, a également affirmé à l’AFP qu’«un véhicule de l’armée a explosé sur une mine non loin du parc de la Pendjari». «Le véhicule est complètement détruit et irrécupérable», a-t-il ajouté, sans pouvoir dire si l’explosion a fait des victimes.

Ce nouvel incident intervient huit jours après une déclaration du président Talon devant le Parlement, assurant que le Bénin allait «renforcer» son dispositif militaire pour tenter de mettre fin aux incursions de djihadistes venus du Niger et du Burkina Faso voisins.

«Depuis deux ans au moins, nous avons déployé un important dispositif de prévention dans nos communes frontalières où la menace terroriste (…) est forte», a-t-il dit, évoquant «une situation préoccupante». Le 2 décembre, deux militaires ont été tués par des djihadistes vers Porga, dans le département de l’Atacora, à la frontière avec le Burkina Faso. La veille, des djihadistes avaient attaqué des militaires dans le département voisin de l’Alibori.

En février 2020, des hommes armés avaient attaqué un poste de police dans un village proche de la frontière avec le Burkina, faisant un mort. Les autorités avaient alors parlé d’une attaque de «braconniers». Un an plus tôt, deux touristes français avaient été enlevés par des bandits dans le parc de la Pendjari, avant d’être «revendus» à des groupes djihadistes au Burkina Faso voisin. Leur guide avait été assassiné.

(AFP)

Votre opinion