Cachemire: Deux soldats indiens tués dans une attaque
Actualisé

CachemireDeux soldats indiens tués dans une attaque

Une base militaire a été attaquée près de la frontière pakistanaise.

Nagrota accueille un important centre de commandement militaire régional.

Nagrota accueille un important centre de commandement militaire régional.

Keystone

Deux soldats indiens ont été tués mardi dans une attaque contre une base militaire dans le nord du pays, à proximité de la frontière pakistanaise, a indiqué à l'AFP un responsable de la police. «Trois à quatre extrémistes sont entrés dans un quartier général de l'armée à Nagrota (en périphérie de la ville de Jammu) et ont tiré en direction du mess des officiers. Deux officiers ont été tués et les échanges de tirs continuent», a déclaré un haut gradé de la police sous couvert d'anonymat.

Située à 90 kilomètres au sud de Srinagar, grande ville du Cachemire indien, et à vingtaine kilomètres à l'est de la frontière pakistanaise, Nagrota accueille un important centre de commandement militaire régional. La ville est de plus placée le long d'une route stratégique qui relie la région contestée du Cachemire au reste de l'Inde.

Vives tensions

«Une attaque est survenue tôt ce matin et les terroristes sont rentrés dans l'une de nos zones militaires. La situation est sous contrôle, aussitôt que l'opération sera terminée nous serons à même de donner des détails», a déclaré à la presse Manish Mehta, porte-parole du ministère indien de la Défense. Ne souhaitant pas «spéculer» sur le nombre d'assaillants impliqués, il a précisé que les combats continuaient à cette heure.

Les tensions entre l'Inde et le Pakistan se sont envenimées depuis deux mois et demi autour de la région himalayenne du Cachemire, qu'elles revendiquent toutes deux depuis la partition de 1947. L'attaque mi-septembre d'une base militaire indienne par des rebelles a coûté la vie à 19 soldats, plus lourde attaque dans la région depuis plus d'une décennie.

Une dizaine de jours plus tard, l'Inde a annoncé avoir mené des raids de l'autre côté de la frontière de facto au Cachemire, une version démentie par le Pakistan. La ligne de démarcation au Cachemire est ces derniers temps le théâtre quasi-quotidien de tirs transfrontaliers, parfois meurtriers.

(AFP)

Votre opinion