15.10.2020 à 17:31

CyclismeDeuxième succès équatorien sur le Giro

Jhonatan Narvaez s’est adjugé jeudi la 12e étape du Tour d’Italie, avec départ et arrivée à Cesenatico. Le Valaisan Simon Pellaud termine au cinquième rang.

Jhonatan Narvaez sur le podium après sa victoire lors de la 12e étape du Tour d’Italie, avec départ et arrivée à Cesenatico.

Jhonatan Narvaez sur le podium après sa victoire lors de la 12e étape du Tour d’Italie, avec départ et arrivée à Cesenatico.

AFP

Dans la ville de Marco Pantani, le vainqueur du Giro et du Tour 1998 décédé en 2004, Jhonatan Narvaez a donné à l’équipe Ineos sa troisième victoire après les deux de l’Italien Filippo Ganna, premier maillot rose de ce Giro.

Sur la ligne tracée le long de l’Adriatique (est), l’Équatorien a précédé de plus d’une minute son dernier compagnon d’échappée, l’Ukrainien Mark Padun, retardé par une crevaison à 24 kilomètres de l’arrivée.

Les favoris sont restés groupés dans cette étape éprouvante, en partie sous la pluie, sans changement majeur pour le classement général mené par Joao Almeida (Deceuninck). Le groupe comprenant le Portugais et les candidats au podium final a franchi la ligne avec un retard supérieur à 8 minutes.

Narvaez aime bien Cesenatico

Narvaez (23 ans) dispute le Giro pour la deuxième fois. L’Équatorien, originaire de la région proche de la frontière colombienne au nord-est de la capitale Quito, a rejoint la formation Ineos l’année passée. Début septembre, il avait gagné la Semaine Coppi-Bartali, courue aussi dans les environs de Cesenatico.

Narvaez et Padun ont distancé à une soixantaine de kilomètres de l’arrivée leurs compagnons d’une échappée de 14 coureurs formée avant la fin de la première heure de course.

Dans le groupe des favoris, l’équipe NTT de l’Italien Domenico Pozzovivo a le plus souvent dicté l’allure sur un parcours en forme de montagnes russes dans les collines de Romagne. Sans que Pozzo puisse toutefois décrocher ensuite ses adversaires.

Simon Pellaud cinquième

Le Valaisan de la formation Androni Giocattoli-Sidermec a connu une belle journée sur les routes italiennes. Il a fait la course à l’avant pour finalement décrocher une belle cinquième place à 7’ 43” du vainqueur. Intercalé devant, il a réussi à garder 42 secondes d’avance sur le peloton principal.

Vendredi, la 13e étape relie Cervia à Monselice sur un parcours (192 km) rigoureusement plat dans ses 150 premiers kilomètres avant deux murs pentus à l’approche du final.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

velo

16.10.2020 à 08:38

très bien pour le valaisans pas de commentaire insultants de la bande a ignacio