Argentine: Dictature: 28 peines de perpétuité
Publié

ArgentineDictature: 28 peines de perpétuité

La justice a condamné à la perpétuité 28 personnes, dont le général Menéndez, pour leurs crimes lors de la dictature.

Des milliers d'Argentins se sont rassemblés devant le tribunal de Cordoba dans l'attente d'un verdict historique. (Image - 25 août 2016)

Des milliers d'Argentins se sont rassemblés devant le tribunal de Cordoba dans l'attente d'un verdict historique. (Image - 25 août 2016)

La justice argentine a condamné jeudi à la perpétuité 28 personnes pour des crimes commis sous la dictature entre 1976 et 1983. Le plus emblématique des condamnés, Luciano Menéndez, totalise déjà douze condamnations à la peine maximale.

Surnommé «la hyène» parce qu'il riait pendant les séances de torture, le général a été reconnu coupable de la disparition de 82 personnes détenues dans le centre clandestin La Perla (La Perle), dans la province de Cordoba. En outre, 52 homicides, 260 enlèvements et 656 cas de torture lui ont été imputés.

Durant ce nouveau procès, l'homme de 89 ans n'a jamais affiché le moindre remord. Il a même affirmé devant la cour qu'il «n'y (avait) jamais eu une répression quelconque». «Les délinquants accusent les forces (armées) légales et se présentent devant la justice en tant que victimes», a-t-il déclaré.

30'000 morts

Au total, durant ce procès fleuve débuté en 2012, 43 personnes étaient accusées d'enlèvement, de torture, d'assassinat et de viol de mineurs. Plus de 700 victimes étaient concernées, dont 279 sont toujours portées disparues.

Depuis 2012, quelque 600 personnes ont témoigné. Certaines étaient des victimes de tortures.

Des milliers d'Argentins étaient massés devant le tribunal de Cordoba dans l'attente du verdict. Le pays commémore cette année le 40e anniversaire du coup d'Etat, qui avait porté au pouvoir la junte militaire.

Environ 30'000 opposants sont morts ou ont disparu pendant la dictature en Argentine. Des centaines de militaires ont été jugés et emprisonnés. Le plus célèbre d'entre eux, l'ex-président Jorge Videla est mort dans sa cellule.

(ats)

Votre opinion