Publié

ExplicationsDictionnaire du web, d'Anonymous à Wikileaks

Petit dictionnaire non exhaustif à l'usage de ceux qui n'ont pas tout compris au monde des Anonymous, de Megaupload et du Wild Wild Web en général.

par
Pascaline Sordet
Le célèbre masque des Anonymous, barré de son sourire malicieux et vaguement inquiétant serait inspiré du visage de Guy Fawkes, un conspirateur britannique du XVIe siècle.

Le célèbre masque des Anonymous, barré de son sourire malicieux et vaguement inquiétant serait inspiré du visage de Guy Fawkes, un conspirateur britannique du XVIe siècle.

AFP

Anonymous Communauté mal définie, ouverte à tous, et par définition anonyme, les Anonymous agissent lorsque les libertés individuelles sont bafouées, lorsque la censure va trop loin. Contrairement à une idée répandue, on ne sait pas qui sont ces internautes, et lorsque la CIA a essayé de cerner les profils-types de cette nébuleuse, elle a ciblé la moitié de la population est a dû laisser tomber. Nourri de culture contestataire, ils ne sont pas forcément des pirates, ils ne volent en principe pas de données, ce ne sont pas des terroristes, le phénomène est beaucoup plus vague.

CCC Le Chaos Computer Club (CCC) est la plus grosse organisation de hackers au monde. Basée en Allemagne et active depuis près de trente ans, elle travaille notamment à améliorer l'anonymat du web et son utilisation libre par tous et lutte contre la censure.

Cypherpunk Contraction de cypher, en anglais, un algorithme qui permet de chiffrer des données, et de punk ou cyberpunk. Le cypherpunk prône l'usage de la cryptographie comme moyen de défense, et comme vecteur d'amélioration sociale et politique. Son but est de sécuriser ses communications pour préserver sa vie privée.

DDoS Les Anonymous utilisent massivement les attaques par «déni de service» soit DDoS, qui permettent de bloquer un site en le bombardant de requêtes. L'opération surcharge les serveurs du site visé, le rendant inutilisable. C'est relativement basique et inoffensif, mais très gênant pour le propriétaire du site, comme une manif de rue ou un sit-in version numérique.

Geek Traiter quelqu'un de geek est généralement une remarque péjorative. Le mot vise à décrire un individu vaguement bizarre parce qu'intelligent et un peu trop intéressé par les ordinateurs. Pourtant, avec l'avènement d'internet, le mot à pris une connotation revendicatrice et permet à certains de s'identifier à une communauté. Les possesseurs de gadgets technologiques ont tendance à s'autodéfinir comme des geeks, ce qui énerve les «vrais» geeks.

Gif Le «.gif» est un format de fichier. En résumé, plusieurs images empilées les unes sur les autres qui forment une unique image donnant l'illusion du mouvement. Le format a été utilisé pour créer des publicités clignotantes de très mauvais goût et des petits bonhommes à trois pixels jaune fluo au début d'internet. Il refait surface dans un style plus cinématographique et parfois presque poétique.

Guy Fawkes Le célèbre masque des Anonymous, barré de son sourire malicieux et vaguement inquiétant serait inspiré du visage de Guy Fawkes, un conspirateur britannique du XVIe siècle. Il a été popularisé par une série de bandes-dessinées, «V pour Vendetta», dans laquelle un héros masqué se bat contre un gouvernement totalitaire. La série a été adaptée au cinéma en 2005.

Hacker Bricoleur, bidouilleur et débrouillard, le hacker est celui qui, grâce à ses connaissances techniques, transforme un objet ou un mécanisme, soit pour l'améliorer soit pour modifier sa fonction initiale. On parle plus généralement de pirate informatique, et pour les plus virulents d'entre eux, de «hacktivistes». Quelques hackers célèbres émaillent le cinéma, comme le personnage joué par Mathew Broderick dans «War Games», le Neo de «Matrix» ou plus récemment, la punk Lisbeth Salander de «Millenium».

Hadopi Derrière Hadopi se cache la barbare «Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet», soit l'organe anti-piratage français, qui contrôle et punit les individus qui se livrent au téléchargement illégal. Autant dire que cet ensemble de lois est plus que controversé parmi les communautés d'internautes.

IRC Ces initiales signifient «Internet Relay Chat» un protocole de communication qui permet d'échanger instantanément avec plusieurs centaines de personnes. C'est le lieu par excellence où s'organisent les opérations des Anonymous. Landsgemeinde numérique et sans leader, ces tchats sont le lieu de rencontre virtuel de la communauté et l'espace ou s'exerce leur démocratie sauvage et évolutive.

Megaupload Au cœur de l'actualité depuis que le FBI a ordonné sa fermeture, le site Megaupload permettait aux internautes de télécharger et d'échanger des fichiers mais aussi de voir en streaming une multitude de films et de séries. Le site est accusé d'avoir violé les lois anti-piratage.

Opérations spéciales Abrégées #Op, les opérations spéciales sont les missions que les Anonymous se proposent de remplir. Elles peuvent consister en une attaque de type déni de service, à la publication intégrale et gratuite du catalogue de Sony, ou au rétablissement de communications sécurisées lors du blackout d'internet en Egypte lors du Printemps Arabe.

Parti Pirate Emanation légale et institutionnelle de la communauté des hackers, le Parti Pirate lutte pour les libertés virtuelles et se positionne politiquement notamment sur les questions relatives aux nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Parti pirate international se compose de plus de quarante branches dans le monde, dont la moitié sont enregistrées comme des partis politiques traditionnels. En Suisse romande, des sections sont présentes dans les cantons de Vaud, Genève et Fribourg.

SOPA «Stop Online Piracy Act» est le projet de loi américain contre le piratage et les violations de droit d'auteur. Il donnerait la possibilité à la justice américaine d'intervenir sur des sites hébergés hors de son territoire et de faire pression par exemple sur Google pour mettre à mal les sites voyous. Les discussions ont été ajournées après la levée de boucliers du Web, déployée sous l'influence de Wikipédia et de Google.

Streaming Issu du mot anglais pour flux, le streaming permet la lecture en continu d'une vidéo ou de musique. Cette technique donne ainsi accès à des contenus multimédia sans passer par la case téléchargement.

Troll Dans le vocabulaire d'internet, le troll est une sorte d'anarchiste qui pollue volontairement les échanges, sur les forums notamment, pour le seul plaisir du désordre que cela occasionne.

Wikileaks Créé par Julian Assange, célèbre pirate, le site Wikileaks a permis de publier des centaines de milliers de documents classifiés de l'administration américaine. Le site a collaboré avec les plus grands acteurs de la presse mondiale, du «New York Times» au «Guardian» en passant par le «Monde». WikiLeaks s'est naturellement attiré les grâces des Anonymous après avoir vu ses crédits bloqués par les géants MasterCard, Visa et PayPal. Son fondateur est actuellement en attente d'un jugement et les Etats-Unis le considèrent comme un ennemi d'Etat.

4Chan Il s'agit d'un site de partage d'images, qui fonctionne sur le mode du forum. N'importe qui peut y partager des données, participer à des discussions ou simplement naviguer dans cet amas protéiforme d'images sur des sujets aussi divers que les manga, les jeux vidéo, les gifs animés, les armes ou les origamis. Selon certains, la communauté formée par les Anonymous aurait démarré sur cette plateforme, bien que cette affirmation soit difficile à vérifier.

5e pouvoir Les activistes numériques, hackers et autres Anonymous forment ce que les observateurs appellent parfois le 5e pouvoir, en comparaison à la presse, souvent surnommée 4e pouvoir. C'est peut-être prêter trop d'importance à un groupe encore récent, mais c'est reconnaître une communauté dont la force de frappe n'a cessé de prendre de l'ampleur ces cinq dernières années.

Ton opinion