Actualisé 14.06.2017 à 17:48

DémissionDidier Burkhalter: longévité dans la moyenne

Le Neuchâtelois, élu en 2009, quittera le Conseil fédéral après huit ans d'exercice.

1 / 14
Le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter est intervenu mercredi pour la dernière fois devant le Parlement. Il a déclaré: «Au fond, je vous aime bien». (Mercredi 27 septembre 2017)

Le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter est intervenu mercredi pour la dernière fois devant le Parlement. Il a déclaré: «Au fond, je vous aime bien». (Mercredi 27 septembre 2017)

Keystone
Le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter quittera le Conseil fédéral le 31 octobre, annonce-t-il ce 14 juin 2017. Le libéral-radical neuchâtelois dit «avoir besoin d'écrire une nouvelle page dans sa vie».

Le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter quittera le Conseil fédéral le 31 octobre, annonce-t-il ce 14 juin 2017. Le libéral-radical neuchâtelois dit «avoir besoin d'écrire une nouvelle page dans sa vie».

Keystone
Didier Burkhalter, 57 ans, quittera le Conseil fédéral après huit ans d'exercice. Un âge et une longévité dans la moyenne des autres conseillers fédéraux.

Didier Burkhalter, 57 ans, quittera le Conseil fédéral après huit ans d'exercice. Un âge et une longévité dans la moyenne des autres conseillers fédéraux.

Keystone

Dernière à partir avant lui, Eveline Widmer-Schlumpf était également restée ministre durant huit ans. Micheline Calmy-Rey avait elle siégé un an de plus. Les deux conseillers fédéraux démissionnaires précédents s'étaient distingués de la moyenne. Moritz Leuenberger a siégé quinze ans et Hans-Rudolf Merz uniquement six ans et dix mois.

Didier Burkhalter n'entrera pas dans l'histoire pour sa longévité. Carl Schenk, qui s'est retiré en 1895, s'était accroché pendant 32 ans au gouvernement. Adolf Deuscher (1912) a siégé 29 ans au Conseil fédéral, Giuseppe Motta (1940) juste un an de moins. Philipp Etter (1959) a été 25 ans conseiller fédéral, ce qui lui a valu le surnom d'Eternel.

Le mandat le plus court a été celui de Louis Perrier, mort en 1913 seulement 14 mois après son élection. Evincé en 2007, Christoph Blocher n'a pas dépassé les quatre ans, juste un peu moins que Ruth Metzler, qu'il a remplacée en 2003. Elisabeth Kopp (partie en 1989) et Alphons Egli (1986) ont été ministres durant quatre ans, Rudolf Friedrich (1984) même pas deux ans.

L'âge de Didier Burkhalter à son départ est légèrement en dessous de la moyenne. On est aussi loin des records. Adolf Deuscher est mort en fonction en 1912 à l'âge de 81 ans. Quant à Ruth Metzler, elle a été évincée en 2003 quelque mois avant qu'elle ne célèbre ses 40 ans.

Comme quasiment tous les autres conseillers fédéraux avant lui, le Neuchâtelois abandonne son siège avant l'âge de la retraite. Exceptions notables, Hans-Rudolf Merz avait presque 68 ans lorsqu'il est parti et Moritz Leuenberger 64 ans.

Une rente d'un peu plus de 200'000 francs

Dès qu'il aura quitté le Conseil fédéral, Didier Burkhalter aura droit à une rente annuelle d'un peu plus de 200'000 francs, ce qui correspond à la moitié de son salaire actuel. S'il reprend une activité lucrative, cette somme sera réduite.

Les pensions des ex-conseillers fédéraux correspondent à la moitié du salaire brut des magistrats en exercice. Seuls les ministres qui se retirent après au moins quatre ans ou pour des raisons de santé ont droit à la rente complète.

L'arrêté fédéral sur les traitements des magistrats prévoit qu'ils ne doivent pas gagner plus à leur retraite que leurs collègues en fonction. Ainsi, les anciens ministres qui décident d'exercer une activité lucrative ou qui siègent dans des conseils d'administration doivent rétrocéder à la Confédération ce qu'ils gagnent de plus qu'un magistrat en place grâce à leur rente.

Les anciens conseillers fédéraux restent libres d'assumer un mandat rémunéré après leur sortie de l'exécutif. Le Parlement a refusé de leur imposer un délai d'attente.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!