Actualisé

FranceDieudonné promet une contre-attaque

Les interdictions du spectacle de Dieudonné se multiplient en France. Le polémiste a immédiatement annoncé qu'il contre-attaquerait.

1 / 50
Dieudonné, poursuivi après une plainte de l'Assemblée nationale, pour la publication sur Facebook d'une photo de deux visiteurs faisant une «quenelle» au sein de l'hémicycle, a été relaxé mercredi par le tribunal correctionnel de Paris. (Mercredi 6 juillet 2016)

Dieudonné, poursuivi après une plainte de l'Assemblée nationale, pour la publication sur Facebook d'une photo de deux visiteurs faisant une «quenelle» au sein de l'hémicycle, a été relaxé mercredi par le tribunal correctionnel de Paris. (Mercredi 6 juillet 2016)

Keystone
L'humoriste français Dieudonné a été condamné à deux mois ferme en Belgique pour antisémitisme. (Mercredi 25 novembre 2015)

L'humoriste français Dieudonné a été condamné à deux mois ferme en Belgique pour antisémitisme. (Mercredi 25 novembre 2015)

AP
Pour son message posté sur les réseaux sociaux au soir de la marche d'union nationale après les attentats de Charlie Hebdo «Je me sens Charlie Coulibaly», 30'000 euros d'amende sont requis à l'encontre du polémiste poursuivi pour «apologie du terrorisme» ce 4 février 2015.

Pour son message posté sur les réseaux sociaux au soir de la marche d'union nationale après les attentats de Charlie Hebdo «Je me sens Charlie Coulibaly», 30'000 euros d'amende sont requis à l'encontre du polémiste poursuivi pour «apologie du terrorisme» ce 4 février 2015.

Keystone

Nantes, Tours et bientôt Orléans et Bordeaux: les interdictions du spectacle de Dieudonné, accusé d'antisémitisme, se multiplient, alors que le polémiste a annoncé qu'il contre-attaquerait au lendemain d'une circulaire du ministre de l'Intérieur Manuel Valls visant à interdire sa tournée.

Le préfet de Loire-Atlantique a signé, mardi 7 janvier, un arrêté d'interdiction de la représentation prévue jeudi au Zénith à Nantes, première étape de la tournée nationale du polémiste poursuivi à plusieurs reprises pour ses propos antisémites.

Aux 5200 personnes qui ont acheté une place, le préfet Christian de Lavernée s'est dit «désolé», tout en soulignant «des impératifs très supérieurs à notre confort à tous». La manifestation prévue mercredi à Nantes, à l'appel de la famille Klarsfeld au nom des Fils et filles des déportés juifs de France, a été annulée: «On avait annoncé une manifestation pour demander au préfet d'interdire le spectacle de Dieudonné à Nantes. C'est fait. On est soulagés. Il n'y a donc pas lieu de manifester», a déclaré Serge Klarsfeld.

Spectacles «à caractère ignoble»

Le Conseil représentatif des institutions juives de France a appelé à la «mobilisation» dans la vingtaine de villes où Dieudonné doit se produire d'ici juin. Mardi, Jean Germain, le sénateur-maire (PS) de Tours où Dieudonné M'bala M'bala devait se produire vendredi, a également pris un arrêté d'interdiction, qu'il a justifié en qualifiant ces spectacles de «manifestations à caractère ignoble, attentatoire à la dignité humaine».

Et après l'annonce lundi par le maire de Bordeaux Alain Juppé d'une prochaine interdiction du spectacle dans sa ville, le maire UMP d'Orléans Serge Grouard a enchaîné, déclarant mardi qu'il signerait un arrêté d'interdiction mercredi ou jeudi - le temps de le «border juridiquement».

Dieudonné «sera sur scène jeudi soir à Nantes»

Car l'avocat de Dieudonné a déjà assuré que son client «agirait immédiatement» contre toute interdiction. «Bien sûr, il y aura référé», a indiqué Me Jacques Verdier, en rappelant avoir déjà gagné sur ce terrain: les tribunaux administratifs et le Conseil d'Etat ont annulé une quinzaine d'arrêtés d'interdiction visant Dieudonné ces dernières années, au nom du respect de la liberté d'expression.

Sanjay Mirabeau, un autre avocat de l'humoriste controversé, a assuré au micro de RTL que Dieudonné «sera sur scène jeudi soir à Nantes». Chaque fois «que certaines mairies ou certains préfets prennent des arrêtés visant à l'interdire (...) mon confrère Jacques Verdier attaque ces arrêtés et obtient toujours gain de cause», a-t-il affirmé.

«Dieudonné déverse sa haine»

En fin d'après-midi mardi, les tribunaux administratifs de Nantes et d'Orléans n'avaient pas été saisis de référés, ont-ils indiqué. Ces décisions d'interdiction interviennent 24 heures après l'envoi aux préfets d'une circulaire du ministre français de l'Intérieur préconisant au cas par cas l'interdiction du spectacle pour troubles à l'ordre public.

Pour M. Valls, les spectacles de Dieudonné «ne relèvent en rien de la création artistique», il s'agit «de rassemblements politiques, où Dieudonné déverse sa haine» des juifs. Alors que le président François Hollande a demandé aux préfets «d'être vigilants et inflexibles» dans l'application de la circulaire, Dieudonné a fait part mardi de son intention de contre-attaquer.

Accusations «attentatoires à l'honneur»

Par ses avocats, le polémiste a annoncé qu'il comptait saisir la Cour de justice de la République «à la suite des accusations attentatoires à l'honneur et à la considération, tenues par» le ministre de l'Intérieur.

Ses avocats n'ont pas précisé quand ils déposeraient plainte, quel chef de poursuites ils envisageaient, ni les propos exacts que leur client reproche au ministre. La Ligue des droits de l'Homme (LDH) a mis en garde contre les risques d'une interdiction préalable, qui pourrait «fédérer autour de Dieudonné une sympathie réactionnelle de ceux qui se considèrent opprimés».

Des lycéens en garde à vue pour une «quenelle»

Deux lycéens ont été brièvement placés en garde à vue lundi pour la photographie, début décembre, d'une «quenelle», ce geste de ralliement à Dieudonné souvent perçu comme antisémite, à l'intérieur de leur établissement à Montgeron (Essonne).

Mardi, le Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a déclaré que les «propos nauséabonds et hors-la-loi de Dieudonné ne doivent pas rester sans réponse de la justice». Bruno Le Maire, député UMP de l'Eure, a apporté son soutien à «toute décision politique qui visera à condamner» Dieudonné.

Le Pen dénonce la «vendetta personnelle» de Valls

Brice Hortefeux, ancien ministre français de l'Intérieur (UMP), a au contraire estimé que le gouvernement utilisait l'affaire Dieudonné pour masquer sa «succession d'échecs» et a condamné la «dérive incroyable» du polémiste.

La présidente du Front national Marine Le Pen s'est dite «choquée» et «heurtée» par les propos de Dieudonné, en dénonçant «une sorte de vendetta personnelle» de Manuel Valls à son encontre. De leur côté, les propriétaires du théâtre de la Main d'Or, à Paris, où Dieudonné donne ses spectacles depuis 1999, étudient les moyens de lui faire quitter les lieux, «de manière légale».

(ats/afp)

Votre opinion