Commentaire - Dilemme: des tests gratuits ou le vaccin?
Publié

CommentaireDilemme: des tests gratuits ou le vaccin?

Gratuits ou payants? L’inconstance est grande autour des tests. Poursuivre avec la gratuité, c’est toutefois prendre le risque de tuer dans l’œuf le regain d’intérêt pour la vaccination.

par
Eric Felley
Un test salivaire à 50 francs ou un test PCR à 120 francs? La perspective de devoir les payer de sa poche pousse les gens à la vaccination.

Un test salivaire à 50 francs ou un test PCR à 120 francs? La perspective de devoir les payer de sa poche pousse les gens à la vaccination.

Getty Images

Cet été, il semblait que le raisonnement était clair comme de l’eau de roche. Une fois que tous les adultes qui souhaitaient se faire vacciner librement et gratuitement l’auraient fait, la gratuité des tests ne se justifierait plus. Ceux qui n’ont pas voulu faire le vaccin devraient dorénavant en subir les conséquences financières. Ce n’étaient plus aux contribuables à payer le dépistage des personnes asymptomatiques par des tests dits «de confort», comme les ont qualifiés certains de façon péjorative.

L’annonce du passage aux tests payants a été faite le 11 août pour le 1er octobre, laissant matériellement juste le temps d’obtenir un certificat Covid-19 avec le vaccin. Or cette annonce n’a pas eu d’effets probants sur la vaccination. Par contre celle qui a étendu au 13 septembre l’obligation du certificat pour les restaurants, les lieux culturels et de loisirs a eu de l’effet. La demande pour la première dose a grimpé en flèche comme le montrent les statistiques de l’OFSP depuis.

Menace sur la reprise de la vaccination

0n doit donc constater que les effets conjugués de la fin de la gratuité des tests et l’extension du certificat Covid ont provoqué un regain d’intérêt pour la vaccination, comme souhaité par les autorités sanitaires fédérales. Annoncer la poursuite des tests gratuits - comme le souhaitent aujourd’hui tous les partis à Berne, sauf le PLR - n’est-ce pas prendre le risque de tuer dans l’œuf cette reprise?

Tout à coup certains découvrent que dans notre pays, il y a des gens qui ont des moyens financiers limités et on voudrait leur porter secours. L’intention est louable, mais elle sent un peu la récupération politique, dans un contexte où deux cent mille personnes signent une pétition contre les tests payants! L’UDC ne parle plus de tests «de confort», mais de tests pour «pouvoir participer à la vie sociale».

Le Conseil fédéral dans une situation délicate

Le Conseil fédéral se retrouve dans la délicate situation d’être appelé à revoir sa décision sous la pression du Parlement. Est-il prêt à faire un geste en adaptant ses mesures? Les étudiants et les apprentis pourraient continuer à avoir le test gratuitement, étant donné qu’ils sont encore dans des tranches d’âge peu vaccinées et qu’ils ont effectivement des revenus faibles. Comme à chaque fois dans cette pandémie, la situation à tendance à se complexifier plutôt que l’inverse.

Votre opinion

549 commentaires