Cyclisme: Dillier: «Sagan est à la fois un ange et un démon»
Publié

CyclismeDillier: «Sagan est à la fois un ange et un démon»

Superbe performance de l'Argovien Silvan Dillier qui a terminé second de la classique française, derrière Peter Sagan.

Silvan Dillier a réussi un véritable exploit en terminant sur le podium de la mythique course de Paris - Roubaix.

Silvan Dillier a réussi un véritable exploit en terminant sur le podium de la mythique course de Paris - Roubaix.

AFP

Silvan Dillier est passé près de réaliser l'un des plus grands exploits dans le sport cycliste suisse. Il a terminé 2e de Paris - Roubaix, battu au sprint par le Slovaque Peter Sagan.

L'Argovien a passé plus de 210 km en tête de la course puisqu'il faisait partie de la première échappée matinale de neuf coureurs. Il est parvenu à rester aux avant-postes à mesure que ses compagnons d'échappée lâchaient prise après la célèbre trouée d'Arenberg.

Dillier, champion de Suisse en titre, fut le seul à pouvoir tenir la roue de Sagan quand celui-ci a décidé d'accélérer à 25 km de l'arrivée. Le Slovaque avait rejoint le reste du groupe à 51 km de Roubaix. Il a profité de l'atermoiement des favoris Niki Terspstra et Greg Van Avermaet pour se détacher.

Dans le sprint, Dillier n'a eu aucune chance contre le Slovaque. Le coureur de l'équipe AG2R a pourtant livré une performance extraordinaire. L'Argovien de 27 ans avait dû faire une pause après sa fracture à un doigt consécutive à une chute aux Strade Bianche. Il était revenu fin mars à la compétition sur la Terre Adélie (FRA) qu'il avait simplement remportée!

«Sagan? un ange et un démon»

Silvan Dillier s'est exprimé sur sa folle journée après être descendu du vélo à Roubaix. Il ne voulait pas se montrer trop déçu d'avoir perdu contre le triple champion du monde. «J'ai fait un stage aux Canaries en vue des classiques, 41 heures de vélo en sept jours, j'avais quand même du fond. Malheureusement, j'ai eu un doigt cassé aux Strade Bianche et j'ai bien cru que c'était terminé pour les pavés cette année.»

«C'est une petite déception de ne pas avoir gagné. Mais je me dis que j'avais affaire au sprint avec le meilleur coureur de notre époque. Je ne peux pas être trop déçu de terminer derrière lui. C'est quand même un super résultat. Peter (Sagan) est à la fois un ange et un démon. Il était plutôt un ange quand on a collaboré dans l'échappée, il était un démon dans le sprint, c'était impossible de le battre.»

Le champion de Suisse a expliqué comme il avait entrevu le sprint: «Je suis entré en premier dans le vélodrome, il a lancé son sprint au même moment que moi mais il a accéléré beaucoup plus vite, il a pris la tête et je n'avais aucune chance de le dépasser. On a beaucoup de respect l'un envers l'autre. Le plus difficile ? C'était d'être dans la bonne échappée. Et aussi tenir bon dans le final, il faut avoir beaucoup de force pour résister après six heures de course.»

Stefan Küng blessé

Stefan Küng souffre d'une fracture de la mâchoire après sa chute dimanche dans Paris - Roubaix. Le Thurgovien de 24 ans a aussi dû se faire mettre six points de suture au menton.

La fracture a été constatée à l'hôpital, où Küng a été conduit après sa chute. Une radio a permis de faire le diagnostic. Le coureur suisse de l'équipe BMC a été pris dans une chute collective après 90 km de course, avant même le premier secteur de pavés.

Il sera de retour en Suisse lundi et ira passer des examens complémentaires à l'hôpital cantonal de Saint-Gall.

(ats)

Votre opinion