Publié

Coronavirus en SuisseDiminuer le fardeau de la maladie grâce au vaccin

Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l’infection de l’OFSP a expliqué mardi la stratégie de vaccination. La recherche d’une immunité collective n’y figure pas.

. La vaccination sera gratuite et ne sera pas obligatoire. a déclaré Virginie Masserey mardi devant la presse.

. La vaccination sera gratuite et ne sera pas obligatoire. a déclaré Virginie Masserey mardi devant la presse.

KEYSTONE

La priorité de la stratégie de vaccination sera l’accès des groupes vulnérables au vaccin, qui sera gratuit et non obligatoire. En Suisse romande, la circulation du virus ralentit.

La stratégie de vaccination s’articule autour de trois objectifs, a expliqué Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l’infection de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), lors d’un point presse mardi.

Il s’agit d’abord de diminuer le fardeau de la maladie en réduisant les cas sévères, ensuite de maintenir les capacités du système de santé et de réduire les conséquences sociales et économiques de la maladie, en diminuant la propagation du virus.

Dans un premier temps, l’OFSP ne vise pas l’immunité du groupe ou l’élimination du virus car «nous ne savons pas si c’est possible», a précisé Mme Masserey. La priorité sera donnée à faciliter l’accès aux vaccins, avant tout pour ceux qui en ont le plus besoin, soit les groupes de personnes vulnérables. La vaccination sera gratuite et ne sera pas obligatoire.

Une stagnation à un haut niveau

La situation sur le front du coronavirus s’améliore, a aussi annoncé Virginie Masserey. La charge sur les hôpitaux reste cependant élevée, ils comptent 496 personnes hospitalisées en soins intensifs en raison du Covid-19.

Grâce aux lits de soins intensifs créés, on peut compter en Suisse sur 250 places de réserve. L’incidence nationale sur 14 jours de contaminations pour 100’000 habitants diminue, elle s’élève désormais à 610. La circulation du virus diminue rapidement dans les cantons romands. L’écart d’incidence entre les différents cantons suisses a d'ailleurs tendance à diminuer, les incidences varient entre 334 et 831 infections pour 100'000 habitants ces 14 derniers jours.

La diminution du nombre de nouvelles infections, en particulier en Suisse romande, montre que les mesures introduites fonctionnent, a indiqué Mme Masserey. Mais en Suisse le nombre de nouvelles admissions à l’hôpital et de décès en raison du coronavirus semble stagner à haut niveau, ce qui est inquiétant.

L’OFSP a également indiqué que le nombre de tests effectué restait modeste. Une nouvelle campagne pour encourager la population à se faire tester sera lancée. Elle inclura cette fois-ci d’autres symptômes, moins fréquents, comme par exemple, une nouvelle apparition de douleurs musculaires, de diarrhées ou de vomissements.

(ats/nxp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
37 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Mauvaise gestion

02.12.2020 à 11:27

Y aurait-il trop de tests en stock ? Si pas de symptômes, on ne se fait pas tester. Donc moins de tests car les contaminations ont baissées. Résultat, faut mettre de nouveau symptômes : douleurs musculaires, le corps peut parler également pour dire "ras-le-bol" et faire mal; diarrhées c'est chaque fin d'année avec les fondues; vomissements, l'abus peut entraîner ce genre de chose. Mais à l'OFSP on fait des études et on sait !

Ouvrez les yeux

02.12.2020 à 09:34

Réussir à faire croire à quasiment l'entier de la population mondiale qu'ils sont en grand danger pour un virus qui a touché à peine 0.9 % de la population et tué 0.02% de celle-ci... Et réussir à imposer des restrictions drastiques à presque 5 milliards d'êtres humains pour ça, c'est très fort !

Médiateur

02.12.2020 à 06:28

Il n'y a aucune preuve que les mesures soient efficace bien au contraire. Moins de test = moins de cas mais toujours la même proportion liée au nombre de test. Pas pu prou de décès, et aucun décès de moins de 50 ans. La plupart des aînés touchés ont guéris sans hospitalisation. Le vaccin est une escroquerie, un crime car aucune étude n'a jamais été publiée. Aucune expérience de vaccin a ARN sur le long terme. Même histoire que le vaccin papilimavirus qui a été arrêté à cause des effets secondaires comme la stérilisation et l'autisme. Faites vis recherche ne me croyez pas, contrôlez avant de vous faire bêtement vacciner et d'en crev.....