Jura - Directeur licencié… et réintégré deux semaines plus tard
Publié

JuraDirecteur licencié… et réintégré deux semaines plus tard

L’ancienne députée Pauline Queloz est l’artisane du retour d’un directeur qui filmait ses employés dans un centre de loisirs.

par
Vincent Donzé
Le Centre de loisirs des Franches-Montagnes (CLFM) dans la tourmente.

Le Centre de loisirs des Franches-Montagnes (CLFM) dans la tourmente.

lematin.ch/Vincent Donzé

L’affaire qui secoue les Franches-Montagnes a trouvé son épilogue, avec le retour en grâce du directeur du Centre de loisirs des Franches-Montagnes, réintégré deux semaines après son licenciement avec effet immédiat. Selon la presse régionale, le conseil d’administration a retourné sa veste.

L’ancienne députée Pauline Queloz est présentée comme l’artisane du retour de Fabio Monti, six mois après son entrée en fonction. Le 28 mai dernier, ils n’étaient que deux membres du conseil à s’opposer à son licenciement. Volte-face mercredi dernier: ce même conseil d’administration a réintégré le paria, une décision qui a provoqué la démission du président Georges Schuler.

Au cœur du conflit: la surveillance des employés, dont la directrice adjointe, avec des caméras installées dans les locaux. Plusieurs membres du personnel sont en arrêt maladie: la directrice adjointe, le chef de cuisine et trois collaborateurs du service technique.

Lundi prochain

Pauline Queloz bénéficiait du soutien de plusieurs communes actionnaires du centre de loisirs. Le conseil d’administration a précisé que les installations sportives, de bien-être, gastronomiques et hôtelières rouvriront leurs portes lundi prochain.

Avant son licenciement, le directeur avait déposé trois plaintes pour harcèlement contre le président d’alors, l’ancien directeur et un collaborateur. Il a expliqué son retour au «Quotidien Jurassien»: «J’ai reçu énormément de soutien d’employés, de politiques, de privés, et de mon entourage».

Votre opinion