Streaming: Disney+ annonce que ses nouveaux contenus ont un prix
Publié

StreamingDisney+ annonce que ses nouveaux contenus ont un prix

La plateforme qui voudrait se faire aussi grosse que Netflix annonce un abonnement augmenté de 3 francs par mois et de 30 francs par an.

par
Jean-Charles Canet
La page d’accueil actuelle de Disney+.

La page d’accueil actuelle de Disney+.

DR

Du point de vue de fournisseurs de services, il n’y a semble-t-il pas de bonne manière d’annoncer une hausse de prix. Alors autant essayer de trouver un moyen de faire passer la pilule. Disney+, la plateforme de contenus en «streaming» active en Suisse depuis maintenant plus d’une année s’est donc pliée à la bonne vieille méthode de masquer la mauvaise nouvelle, pour le consommateur s’entend, derrière ce qu’elle estime être une bonne.

«Les abonnés à Disney+ bénéficieront d’un catalogue encore plus vaste de séries, de films et de productions originales avec l’arrivée de Star, un tout nouveau monde de divertissement offrant un large éventail de contenus répondant aux attentes de chacun, quels que soient ses goûts ou ses envies», clame ainsi fièrement l’agence de communication zurichoise chargée, au nom de Disney+, de diffuser la bonne parole.

Porte d’entrée pour la 20th Century

Sous le label «Star», il faut comprendre les productions issues de différents studios du groupe dont Disney Television Studios (20th Television et ABC Signature), FX Productions, 20th Century Studios, Searchlight Studios et «d’autres encore», précise le communiqué. Cette injection de nouveaux contenus sera effective le 23 février prochain pour de nombreux pays de la zone européenne, Suisse comprise. Tout en précisant, par prudence sans doute, que toutes les séries, fictions et documentaires «peuvent varier d’un pays à l’autre».

Dès le 23 février, donc, des films issus notamment des entrepôts de la 20th Century Fox (studio acquis par Disney en mars 2019) tels que «Deadpool», «Pretty Woman», «Die Hard», «Le diable s’habille en Prada», «Moulin Rouge» ou «La planète des singes» intégreront le catalogue Disney+. Il en sera de même pour des séries telles que «Grey’s Anatomy», «24 heures chrono» ou, «Buffy contre les vampires», «Black-Ish» et «Scandal». Sans parler de quelques contenus originaux dont la qualité et la popularité restent à évaluer.

Les petites lettres

Ce n’est qu’en fin de communiqué que Disney+ concède que tout cela a un prix en précisant ce que devront débourser les nouveaux abonnés au service dès le 23 février prochain: 12 fr. 90 par mois (contre 9,90) ou 129 francs par an (contre 99 francs). Autrement dit, une augmentation de 3 ou de 30 francs, selon l’abonnement. Afin sans doute de mettre un peu d’huile dans les rouages, Disney+ précise que les anciens abonnés mensuels bénéficient d’un sursis de six mois.

Comparée à son grand rival Netflix, la grille tarifaire de Disney+ rejoint et dépasse même l’abonnement de base de l’autre géant américain du streaming. Elle reste cependant avantageuse si on la compare avec son abonnement «premium» qui culmine à presque 22 francs par mois.

Un précédent embarrassant

Il est à relever qu’en fin de semaine dernière, Microsoft a tenté le même type de manœuvre pour annoncer une augmentation sensible de ses abonnements pour son «Xbox Live Gold», un service qui donne droit à ses clients de pouvoir jouer en ligne avec leur console Xbox. Mais face au vent de fronde qui s’est immédiatement levé, la firme de Richemont a battu en retraite en renonçant à une tactique qui visait très probablement à inciter les gamers à migrer plus rapidement vers le «Xbox Game Pass», un service similaire mais au rapport prestations/prix plus favorable.

Votre opinion