Publié

Hockey sur glaceDites-nous, Chris Rivera, quel discours va tenir McSorley avant le derby?

Le Genevois, actuellement au chômage, se souvient de ces matches spéciaux, que ce soit aux Vernets ou à Malley...

par
Christian Maillard

Il fut un temps, où les acteurs se détestaient sur la glace autant qu'en tribunes entre les supporters. Où leurs poils se dressaient au garde-à-vous rien qu’à l’évocation de ce match pas comme les autres. Ils ne pouvaient pas se sentir. «En juniors déjà, on se chambrait et on se frappait systématiquement dans les coins», confiait Timothy Kast il y a quelques années de cela. Il est vrai qu’un derby lémanique ne se joue pas, il se gagne.

Ce sera encore le cas ce mardi soir à Malley. Y aura-t-il du sable déversé malencontreusement dans le coin des Lausannois pour «enrayer» leurs patins ou de l’eau chaude coupée dans les douches des Genevois? C'est arrivé dans le passé. Avant de partir à Fribourg, Chris Rivera en a joué quelques uns de ces derbies. L’ex-attaquant des Dragons, actuellement au chômage, se souvient de parties épiques et d’accueil plutôt chauds à la patinoire, même s’il ne se trouvait pas dans le bus des Grenat quand celui-ci avait été caillassé en 2016 à Malley...

Chris Rivera, en quoi un derby est-il si spécial?

Disons que cela commence quand tu es tout petit, en Bambini. Pour le peu que je me souvienne, il y a toujours eu de grosses rivalités entre nous, à commencer par le Lac de Genève, à Lausanne on n'aime pas. Même si cela s’est apaisé quand les Vaudois sont descendus en LNB (en 2005), les fans ont toujours de la haine entre eux. Après, pour les joueurs, c’est différent. A mon avis, il y a moins cet esprit guerrier sur la glace comme c’était le cas avant, où c’était plus violent. C’était autre chose. J’espère qu’ils vont malgré tout trouver cet esprit ce mardi soir.

Vous qui l’avez bien connu, qu’est-ce que va dire Chris McSorley à ses joueurs avant le coup d’envoi?

Il va surtout leur dire que «le plus important, c’est le match». Je ne pense pas qu’il va appuyer son discours sur la notion de derby et de rivalité, mais surtout leur rappeler le côté comptable. Il ne va pas entrer dans la polémique mais souligner les détails pour que ses hommes ne se plantent pas. Mais je suis certain que la rencontre pourrait être sympa si Genève tient bien le coup.

Et quand le joueur le perd ce derby lémanique, il se trouve dans quel état d’esprit?

Je ne vous cache pas qu’il se sent mal, qu’il partage la déception des fans qui accordent une si grande importance à ce derby. Je me souviens que j’en faisais un peu plus lors de ces rencontres-là, comme avec Fribourg quand on allait défier Berne. On était les gars de la campagne qui montions à la ville...

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!