Publié

LitigeDJ Tabasco forcé à changer de nom

Le fabriquant de la célèbre sauce piquante a exigé que le disc-jockey lausannois, qui utilisait ce pseudonyme depuis 15 ans, trouve un autre nom d’artiste dans les 5 jours.

par
Trinidad Barleycorn
Yvain Genevay

D’un côté, le géant de la sauce pimentée Tabasco. De l’autre, le DJ house lausannois Radislav Tchalovski, baptisé Radi Tabasco par ses amis il y a 15 ans à cause de «sa musique qui tabasse». Malgré le succès aux quatre coins du monde de ce DJ résident du MAD, qui a joué avec David Guetta, Martin Solveig ou Bob Sinclar, les forces sont inégales: ainsi la semaine dernière, lorsque la compagnie McIlhenny, qui produit la sauce Tabasco, contacte iTunes, déclarant que l’artiste n’avait pas le droit d’utiliser ce nom, c’est le branle-bas de combat: «On nous laissait 5?jours, en plein week-end de Pâques, pour retirer toute mention de Radi Tabasco», regrette son producteur, Dominique Rottet, du label français Rendez-Vous.

Renseignements pris à Paris, auprès de Me Patrice de Candé, spécialiste de la propriété intellectuelle, les deux hommes décident de ne pas courir le risque d’un procès. Dorénavant, c’est sous le nom de Radi?T. que l’artiste se produira. Pourtant, la demande de McIlhenny n’est pas forcément légitime. Bien que la marque Tabasco, créée en 1868 et nommée d’après l’Etat du Tabasco au Mexique, a été déposée aux Etats-Unis en 1906. Car la protection ne concerne que les domaines où la marque a été active ces 5?dernières années. En l’occurrence l’alimentation. Pas la musique.

Le Lausannois aurait pu gagner un procès, estime Me Patrice de Candé: «Tabasco ne faisant pas de musique, il fallait déterminer si la marque était suffisamment notoire pour s’opposer à l’utilisation de ce terme comme nom de scène. Car le droit des marques ne permet d’interdire que l’utilisation par les tiers de termes employés à titre de marque. Or un nom de scène ne répond pas à la fonction classique d’une marque, il ne constitue pas un usage à titre de marque. Il avait donc une chance de gagner. Mais c’est un peu le combat du pot de terre contre le pot de fer.»

Et les autres Tabasco?

Radislav Tchalovski, lui, a pris cette affaire avec philosophie: «Si on croit aux signes, c’est peut-être un signe de renouveau? Ce changement coïncide avec un nouveau départ pour moi, côté musique, où je suis plus en accord avec mon style. J’ai juste peur d’être perdant au niveau du référencement. Qu’on ne me trouve plus sur iTunes ou sur Google…» Pour expliquer ce changement, le DJ lance un nouveau site, www.radi-t.com. En attendant que son public le découvre sous son nouveau nom, aux côtés de Keith Hurtigan, sur son prochain album en septembre. «Au départ, Tabasco c’était pour rire. On ne pense pas sur le long terme quand on a 20?ans. On ne pense pas qu’un jour, on aura du succès et que cela posera problème», sourit-il.

Au siège de McIlhenny, pas question de rire. Au téléphone, on nous lance un cinglant «No comment!» lorsque l’on évoque le cas Radi Tabasco. Avant de nous raccrocher au nez. Sur Internet, on trouve de nombreuses entreprises utilisant le nom de Tabasco. Le géant américain leur demandera-t-il aussi de changer de nom?

Votre opinion