Irak: Djihadistes traqués dans chaque maison à Mossoul
Publié

IrakDjihadistes traqués dans chaque maison à Mossoul

Les forces irakiennes menaient samedi à Mossoul des combats «maison par maison» pour reprendre au groupe Etat islamique le quartier de la vieille ville.

1 / 112
Les Emirats arabes unis ont proposé de prendre en charge la reconstruction de la mosquée Al-Nouri et de son minaret penché emblématique de Mossoul. (Dimanche 11 mars 2018)

Les Emirats arabes unis ont proposé de prendre en charge la reconstruction de la mosquée Al-Nouri et de son minaret penché emblématique de Mossoul. (Dimanche 11 mars 2018)

AFP
Mossoul fête ce jeudi 14 décembre la victoire sur l'EI. Des milliers de policiers, militaires et une centaine de véhicules blindés ont défilé pour la délivrance et le retour à la vie normale. (14 décembre 2017)

Mossoul fête ce jeudi 14 décembre la victoire sur l'EI. Des milliers de policiers, militaires et une centaine de véhicules blindés ont défilé pour la délivrance et le retour à la vie normale. (14 décembre 2017)

Keystone
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre contre l'EI» en Irak. Les forces gouvernementales se battent depuis trois ans pour éliminer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du pays. (Samedi 9 décembre 2017)

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre contre l'EI» en Irak. Les forces gouvernementales se battent depuis trois ans pour éliminer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du pays. (Samedi 9 décembre 2017)

AFP

Située dans le centre de la ville, collée à la rive occidentale du Tigre (le fleuve qui coupe la métropole en deux), la vieille ville est un objectif clef de la bataille de Mossoul, dernier grand bastion de l'EI en Irak.

C'est au coeur de ce quartier que trône la mosquée al-Nouri, où le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, était apparu pour appeler tous les musulmans à lui «obéir», quelques jours après la proclamation de son «califat».

«Nos forces sont à 800 mètres de la mosquée», a déclaré samedi le capitaine Firas el-Zouweidi, un des responsables média de la Force d'intervention rapide, attachée au ministère irakien de l'Intérieur.

Mais «nous rencontrons des difficultés: le mauvais temps, les rues trop étroites pour nos véhicules militaires qui ne peuvent pas entrer», a-t-il ajouté. Il a aussi souligné la complexité des opérations dans cette zone qui est densément peuplée.

Tirs de mortiers

«Les combats se font rue par rue, maison par maison», a-t-il résumé, alors que résonnaient dans la ville des tirs de mortier des forces irakiennes.

Le lieutenant-général de la police fédérale Raëd Chaker Jawdat a indiqué que l'offensive avait permis de reprendre le marché al-Arbiaa et un silo à grain, dans le premier périmètre de la vieille ville. Il avait annoncé la veille la reprise de la mosquée al-Bacha et d'un autre marché.

(ats)

Votre opinion