Crise du Golfe: Doha regrette une «absence de réponse»
Publié

Crise du GolfeDoha regrette une «absence de réponse»

Le Qatar déplore l'absence de réaction de la communauté internationale face à des «sanctions et punitions unilatérales».

(Image prétexte) Le Qatar a accusé ses adversaires de «ne pas respecter le droit et l'ordre international». (Jeudi 31 août 2017)

(Image prétexte) Le Qatar a accusé ses adversaires de «ne pas respecter le droit et l'ordre international». (Jeudi 31 août 2017)

AFP

Le chef de la diplomatie du Qatar a déploré jeudi à Bruxelles l'absence de «réponse» de la communauté internationale alors que les pays du Golfe qui ont rompu avec l'émirat refusent selon lui toute détente.

«Un précédent dans le monde»

«Il y a une permanence dans leur comportement et leur méthodologie (...) pour ne pas trouver de solution, mais juste continuer le blocage» du Qatar et «ne pas respecter le droit et l'ordre international», a déclaré cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani à propos du groupe de pays qui a rompu depuis le 5 juin avec Doha, déclenchant la pire crise du Golfe depuis des années.

«Ce n'est bon pour personne», a ajouté le ministre qatari des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse à Bruxelles, «parce que ceci crée vraiment un précédent dans le monde où il n'y a pas de réponse de la communauté internationale alors qu'ils commencent à imposer, sans que cela soit légitime, des sanctions et punitions unilatérales contre un pays».

Médiation dans l'impasse

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte, suivis par de nombreux autres pays, ont rompu depuis le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar et imposé des sanctions sans précédent, notamment par un blocage des voies d'accès maritimes, aériennes et terrestres à ce petit émirat gazier.

Ces pays reprochent au Qatar de soutenir des groupes extrémistes et de s'être trop rapproché de l'Iran chiite, le grand rival du royaume sunnite d'Arabie saoudite. Une médiation régionale tentée par le Koweït est dans l'impasse.

(AFP)

Votre opinion