04.09.2020 à 13:09

TennisDominic Thiem a peur du dopage

L’Autrichien s’est fâché pour une canette de Red Bull la nuit dernière à New York. Une histoire de pub? Non, la paranoïa liée au dopage. Vidéos.

von
Mathieu Aeschmann
Dominic Thiem est au 3e tour de l’US Open mais sa nervosité traduit un manque de repères. EPA/JASON SZENES

Dominic Thiem est au 3e tour de l’US Open mais sa nervosité traduit un manque de repères. EPA/JASON SZENES

KEYSTONE

Dominic Thiem se fâche rarement. Mais jeudi soir, au cœur de son deuxième tour remporté face à Sumit Nagal, l’Autrichien a poussé une grosse colère. La raison? Une histoire de canette de Red Bull qu’il voulait consommer mais que les officiels de l’US Open ne lui laissaient pas manier à sa guise. «Alors amenez-moi un verre et on le remplit ici», s’est excité la tête de série numéro deux. Une injonction qui, sur le moment, avait laissé entendre que «Domi» tentait d’imposer un placement de produit, incarnant avec zèle son statut d’ambassadeur de la boisson qui donne des ailes.

Cette interprétation était une erreur. Comme il l’expliqua ensuite en conférence de presse, Dominic Thiem a parfaitement connaissance des règles en vigueur à l’US Open et, si son combat portait bien sur la visibilité de la canette, elle ne poursuivait pas un but commercial. «Je sais très bien que je n’ai pas le droit de la boire normalement sur le court et ça me va très bien. Mais ils voulaient emporter la canette ouverte hors du court et en remplir le contenu dans un verre sans que je puisse observer l’opération. Voilà ce qui m’a énervé.»

«Les règles antidopage sont si strictes. Je ne veux pas perdre de vue ma boisson»

Dominic Thiem, No 3 mondial

Mais pourquoi l’Autrichien ne voulait-il absolument pas quitter sa canette des yeux? «Les règles antidopage sont si strictes. Je ne veux pas perdre de vue ma boisson, a-t-il expliqué. Avec de telles règles, je ne peux pas me permettre de laisser ma boisson se faire préparer en dehors du court, hors de ma vue. Cela m’a énervé sur le moment mais ce n’est pas si grave au final.»

En effet. Reste que cet échange démontre à quel point la gestion du protocole antidopage peut générer des situations proches de la paranoïa chez les athlètes. Dominic Thiem, comme tant d’autres, ne peut pas se permettre de perdre ses plus belles années et sa réputation pour une négligence qui ouvrirait la porte à un acte malveillant. Vous trouvez ses précautions exagérées? Sa réaction prouve qu’elles sont au cœur de son fonctionnement, même en plein match de Grand Chelem.

Pour la petite histoire, l’Autrichien a finalement eu gain de cause: un officiel est venu lui servir son Red Bull sur sa chaise… en prenant bien soin de cacher maladroitement la marque avec un linge.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Fearof

04.09.2020 à 15:18

Si j’étais lui j’aurais plus peur du machin