Hockey sur glace - Dominik Egli – Janis Moser: le match des étoiles
Publié

Hockey sur glaceDominik Egli – Janis Moser: le match des étoiles

Mené 1-0 dans la série de pré-play-off contre «Rappi» (Best of 3), le HC Bienne n’a plus droit à l’erreur. Les défenseurs vedettes Dominik Egli et Janis Moser vont encore se livrer un passionnant duel ce vendredi à Rapperswil lors de l’acte II (19h45).

par
Cyrill Pasche
Dominik Egli contre Janis Moser, ou le duel entre deux des meilleurs défenseurs suisses du pays.

Dominik Egli contre Janis Moser, ou le duel entre deux des meilleurs défenseurs suisses du pays.

Freshfocus

Bienne 0. Rapperswil 1. Dominik Egli 2.

Deux, comme le nombre de buts inscrits mercredi par Dominik Egli (22 ans), le défenseur de Rapperswil lors de la victoire saint-galloise 1-2 après prolongation à la Tissot Arena.

Le droitier des Lakers a coulé son ancienne équipe (il avait évolué au HCB durant 23 matches lors de l’exercice 2018-2019) avec deux coups de canon magistraux: un premier slapshot pour égaliser à 1-1 à la 16e minute, un second après 17 minutes de jeu dans la prolongation. Game over.

Janis Moser (20 ans) n’a pas marqué, mais il a livré une performance de haut vol au sein de l’arrière-garde seelandaise.

Dans les tribunes, le dépisteur du HC Lugano, le Jurassien Julien Vauclair, a attentivement suivi les performances de ces deux joueurs clé. Voici le «scouting report» de l’ancien défenseur international, retraité des patinoires depuis le printemps dernier.

A propos de Janis Moser (Bienne)

Janis Moser, HC Bienne. 

Janis Moser, HC Bienne.

Freshfocus

48 matches de saison régulière, 9 buts, 21 assists, 30 points.

Acte I des pré-play-off contre Rapperswil: 26’48’’ de temps de jeu, 0 point.

«Il a contrôlé le match. Pour un joueur de 20 ans, c’était impressionnant»

Julien Vauclair, scout au HC Lugano et ex-international

«Il a tout pour jouer en NHL: c’est un «jeune Roman Josi», et il ne faut pas avoir peur de la comparaison. Au même âge, Josi était certes plus percutant offensivement, parce que la qualité de son tir était meilleure et que son coup de patin était plus dynamique. A seulement 20 ans, Janis Moser est déjà tellement complet. Il n’y a plus grand-chose à améliorer chez lui. Il a encore de la marge au niveau de son shoot, c’est clair, et de son explosivité sur les trois ou quatre premiers coups de patins. Pour le reste, il est déjà au top. Il est facile au niveau du patinage, il possède une bonne mobilité et une fois qu’il est lancé, il va vraiment vite. Lors du premier acte contre Rapperswil mercredi, il a contrôlé le match. C’était impressionnant de voir un jeune défenseur être aussi dominant. S’il a l’opportunité de partir en NHL la saison prochaine, pour autant qu’un club mise sur lui et décide de lui offrir un rôle correspondant à ses qualités, soit d’être un défenseur Top 4 là-bas, alors il faut qu’il saute sur l’occasion.»

En NHL la saison prochaine?

Janis Moser, récemment nominé dans le All Star Team du championnat en cours, sera-t-il un joueur de NHL durant l’exercice 2021-2022? Cette éventualité tracasse les partisans du HC Bienne, qui espèrent pouvoir profiter encore au moins une saison de la «Merveille de Safnern» sous le maillot seelandais.

«Pour l’instant, c’est difficile à dire, explique l’international helvétique sous contrat à Bienne jusqu’en 2024 avec une clause libératoire pour la meilleure ligue du monde. Je dois attendre de voir ce qui va se passer au prochain repêchage de la NHL. Ensuite, il faudra évaluer quelle est la meilleure option pour moi. Je dois de toute façon attendre la draft pour y voir plus clair.» Celle-ci aura lieu assez tard cette année, le 23 juillet.

Pas repêché en juin dernier alors qu’il était pourtant éligible, Janis Moser ne devrait cette fois-ci pas échapper aux recruteurs des organisations d’Amérique du Nord. Et si malgré tout aucun club de NHL ne le choisissait à sa dernière année d’éligibilité, il deviendrait alors «agent libre». En d’autres termes, il pourrait lui-même choisir sa destination parmi les éventuels clubs intéressés par ses services. Pas une mauvaise option non plus, après tout. Et en cas de départ de Moser la saison prochaine, le HCB aurait alors la possibilité d’aligner un cinquième étranger pour combler le vide laissé par l’international helvétique.

A propos de Dominik Egli (Rapperswil)

Dominik Egli, Rapperswil. 

Dominik Egli, Rapperswil.

Freshfocus

«C’est un pur-sang offensif doté d’un gros shoot»

Julien Vauclair, scout au HC Lugano et ex-international

45 matches de saison régulière, 8 buts, 15 assists, 23 points.

Acte I des pré-play-off contre Bienne: 24’01’’ de temps de jeu, 2 buts.

«Egli, c’est un pur-sang offensif. Il possède un très gros shoot et de superbes qualités offensives. Ce n’est pas forcément le genre de joueur sur lequel on compte pour défendre une avance à la marque dans les dernières minutes d’un match. Par contre, il peut vous faire gagner une partie grâce à la puissance de ses tirs et la qualité de son jeu offensif. C’est un joueur plus explosif que Janis Moser, mais il est moins complet. Il a marqué les deux buts de Rapperswil mercredi sans pour autant être dominant dans le jeu. C’est un défenseur qui sait utiliser efficacement ses qualités. Notamment en powerplay, où il est souvent décisif.»

Un avenir au HC Davos

Dominik Egli – 51 points en 91 matches avec Rappi depuis son arrivée en 2019 – a en quelque sorte été le «cadeau d’adieu» du directeur sportif Raeto Raffainer à son désormais ex club, le HC Davos. Un transfert canon officialisé le 20 janvier, soit le jour même où Raffainer annonçait son départ surprise pour le CP Berne en qualité de Chief Sports Officer. Courtisé par toute la ligue, Dominik Egli a ainsi choisi de poursuivre sa carrière dans la station grisonne à compter de la saison 2021-2022. Il s’est engagé jusqu’en 2024 avec le «Rekordmeister», où il succédera à l’émérite défenseur Félicien Du Bois, désormais retraité du hockey. Le Thurgovien de 22 ans a transité par le HC Bienne de mai 2018 à janvier 2019 (il avait ensuite terminé la saison avec son ex-club, Kloten). Après des débuts prometteurs dans le Seeland, Egli n’avait toutefois pas réussi à convaincre l’entraîneur Antti Törmänen. Ce n’est qu’à Rapperswil, où le coach Jeff Tomlinson lui a donné carte blanche en défense, qu’il s’est finalement révélé au plus haut niveau.

Votre opinion