Motocyclisme - Dominique Aegerter puni de n’avoir pas fauté!
Publié

MotocyclismeDominique Aegerter puni de n’avoir pas fauté!

Les qualifications pour la deuxième manche de la Coupe F.I.M. MotoE ont tourné à la farce, samedi en fin de journée. Une farce pas très drôle pour Dominique Aegerter.

par
Jean-Claude Schertenleib

Depuis la nuit des temps (ou presque), un drapeau jaune agité sur les bords d’un circuit, qu’il soit de vitesse ou de cross, signifie «danger»; on attend dès lors des pilotes qu’ils soient encore plus concentrés et qu’ils ralentissent pour anticiper un éventuel problème.

Mais voilà, au fil des ans, le drapeau jaune est devenu pour de plus en plus d’acteurs un joli décor mouvant et, pour reprendre le contrôle des affaires, le pouvoir sportif a décidé de devenir plus sévère: désormais, si un pilote améliore son propre chrono alors qu’un drapeau jaune est présenté, son tour est annulé. Comme il en va de la sécurité – du pilote tombé, mais aussi des commissaires, voire des soignants qui se sont précipités sur les lieux d’un accident pour y apporter leurs premiers soins -, rien à dire à cela, bien sûr.

Problème: on sait que le voleur aura toujours un coup d’avance sur la police et, rapidement, des accusés ont juré sur la tête de qui vous voulez, qu’ils n’avaient pas vu le fameux drapeau. La police a donc resserré encore plus ses menottes, en faisant installer de grands signaux lumineux tout au long des circuits. Désormais, plus de place pour la défense. Mais voilà, s’il est hors de question de prêcher la révolte contre le règlement, il n’est pas interdit de proposer certaines adaptations. Car à condition particulière, on aimerait bien une lecture de la loi particulière...

MotoE, la fausse bonne idée

Parallèlement à ce renforcement du contrôle des pilotes, un autre élément a provoqué la farce de samedi en fin de journée. Habituellement, les places sur la grille de départ des courses de MotoE se jouent sur un tour chronométré, le pilote étant seul en piste. Mais conscients qu’en cas de mauvais temps, les conditions pourraient devenir beaucoup trop irrégulières – le premier à s’élancer peut bénéficier d’une piste à peine humide, le dernier, une trentaine de minutes plus tard, devoir évoluer sous une forte pluie -, un concept «wet E-Pole» a été imaginé.

La piste y est ouverte à tous les pilotes pendant une durée de 12 minutes, chacun a droit à un maximum de six tours (dont le tour de lancement et le tour de rentrée au stand, soit quatre possibilités d’établir un chrono) et libre à lui de gérer ce temps à disposition. La théorie n’est pas inintéressante, mais les éventuelles conséquences n’ont pas été anticipées: qui dit pluie, dit normalement rythme qui augmente au fil des tours, parce que les pilotes prennent chaque minute un peu plus la mesure de l’adhérence. Et qui dit pluie, dit aussi risques supplémentaires de chutes. Donc d’apparitions de nos fameux drapeaux jaunes. Donc de chronos annulés...

Aegerter a fait tout juste

Et nous voici ainsi arrivés à notre fameuse farce. Dont la victime a été Dominique Aegerter. Alors que plus de la moitié de ses adversaires n’évitaient pas la chute, le Bernois, fort de sa grande expérience et de sa sensibilité extrême pour les terrains difficiles, a offert un festival, roulant plus vite que tout le monde, ramenant sa moto dans le parc fermé, avant de poser pour la photo du jour.

Dominique Aegerter fonce vers une pole-position qui lui sera retirée, alors qu’un de ses adversaires est au sol.

Dominique Aegerter fonce vers une pole-position qui lui sera retirée, alors qu’un de ses adversaires est au sol.

LDD

Problème, au fil des minutes, ses trois meilleurs chronos – sur quatre tours lancés, on le rappelle! – ont été annulés, parce que les policiers de la course ont découvert sur leurs petits écrans de contrôle qu’il y avait du jaune un peu partout. Ne restait plus que, comme tour «valable», son premier, alors qu’il découvrait à peine le niveau d’adhérence. Pire, pour lui, c’est son principal adversaire – en terme de rapidité -, le Brésilien Eric Granado, qui a finalement été déclaré auteur de la pole position; alors qu’il avait été l’un des premiers à tomber. Celui qui est resté sur ses roues a été puni. Pas sûr que l’esprit sportif en sort gagnant...

«Je me sentais parfaitement bien»

Dominique Aegerter, pilote de MotoE

Après avoir posé pour l’éternité – qui a été bien courte! -, après avoir répondu aux questions au pied du podium, Dominique Aegerter a appris que ses trois derniers tours étaient annulés: «Que dire? Parfois, les règles sont étranges. Cette séance de qualification s’est déroulée parfaitement pour moi, j’étais rapide, je me sentais parfaitement bien sur ma moto, j’étais nettement le plus rapide dans ces conditions et voilà que je me retrouve sixième sur la grille. Il ne sert à rien de se lamenter: je sais que j’ai le rythme. Et, finalement, je ne m’élancerai que de la seconde ligne de la grille.» Départ prévu de la course MotoE: 15 h 30.

Dominique Aegerter à l’interview, avant qu’il n’apprenne son déclassement.

Dominique Aegerter à l’interview, avant qu’il n’apprenne son déclassement.

LDD

Lüthi, sauvé des eaux?

Son débriefing média a été le plus court de la saison, samedi soir. Il est clair que Thomas Lüthi n’a pas envie de s’épancher sur sa situation actuelle: «Malheureusement, une nouvelle fois, pas de superpole pour moi. Laissez- nous travailler! La course, c’est demain. Le temps est très spécial au Mans, cela peut être une opportunité pour moi. Une chose est sûre: je n’abandonne pas!»

Un circuit? Non, un ruisseau

Cette fois, les météorologistes ne se sont pas trompés: le paddock s’est réveillé ce dimanche matin sous une pluie intense. A 9 heures du matin, au moment du warm-up Moto3, on avait l’impression d’être au bord d’un ruisseau et non d’un circuit (12e temps pour Jason Dupasquier).

La pluie a cessé dans la dernière minute du warm-up Moto2 (7e chrono pour Tom Lüthi) et on a même vu un peu de ciel bleu au moment où les pilotes MotoGP prenaient la piste. Avec un meilleur temps matinal pour le vainqueur de l’an dernier Danilo Petrucci (passé de Ducati à KTM) et avec des chutes (sans conséquences physiques) pour Zarco, Mir, Pol Espargaró et Marc Márquez.

Votre opinion