Publié

dopageDopage - Le vice-président de l'IBU Gottlieb Taschler se met "temporairement" en retrait

Le vice-président de la Fédération internationale de biathlon (IBU) Gottlieb Taschler, inquiété pour une affaire de dopage, a décidé de "suspendre temporairement" ses fonctions au sein de l'IBU, a-t-il indiqué samedi dans un communiqué.

"Afin de protéger le sport du biathlon et l'IBU, je vais suspendre toutes mes fonctions au sein de l'IBU. C'est une décision personnelle. Elle entre en vigueur immédiatement, jusqu'à ce que les graves accusations soient prouvées fausses", indique l'Italien. "Je suis choqué par les révélations des médias me liant au dopage. C'est tout simplement faux", a affirmé l'ancien biathlète de haut niveau (champion du monde de relais en 1991), reconduit à la vice-présidence de l'IBU trois mois plus tôt. Selon le quotidien sportif italien la Gazzetta dello sport, Taschler aurait téléphoné au sulfureux docteur Michele Ferrari plusieurs fois en 2010 dans le but d'obtenir des prescriptions d'EPO pour son fils Daniel, membre de l'équipe d'Italie. Le journal s'est procuré et a publié un enregistrement téléphonique au cours duquel Ferrari explique au vice-président de l'IBU la démarche à suivre. Taschler a assuré qu'il cherchait seulement une solution à un problème médical de son fils, en aucun cas pour du dopage. Durant la saison 2010-2011, Daniel Taschler s'était illustré sur le circuit IBU Cup en terminant deux fois dans le top 10 aux Championnats d'Europe. Nicole Resch, secrétaire générale de l'IBU, avait annoncé vendredi que l'instance internationale allait examiner le cas de son vice-président. "On prend ce sujet très au sérieux. On va réunir les faits avant de nous prononcer", avait-t-elle déclaré au micro de la chaine allemande ZDF, en marge des épreuves de Coupe du monde à Hochfilzen, en Autriche. Michele Ferrari, sulfureux médecin qui a sévi dans le cyclisme, a été banni à vie du monde sportif pour des affaires de dopage. Son nom est réapparu cette semaine à la Une de la presse transalpine assurant qu'il avait rendu visite en novembre 2013 à l'équipe cycliste Astana. sg/adc

(AFP)

Votre opinion