Suisse: Dopé par l'argent européen, le Valais se met au vert
Publié

SuisseDopé par l'argent européen, le Valais se met au vert

Energie Sion Région et la HES-SO Valais vont profiter de plus de 10 millions de francs venant de Bruxelles et de 2,5 millions de la Confédération pour améliorer leur utilisation de l'énergie.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Le projet européen Goflex regroupe douze partenaires, dont deux pour la Suisse: Energie Sion Région et la HES-SO Valais. Les deux partenaires helvétiques projettent d'installer une espèce de boîtier électronique dans plus de 200 maisons individuelles équipées de solaire photovoltaïque, de pompes à chaleur, de chauffage électrique ou de véhicules électriques. Mais aussi dans dix entreprises et dix stations de recharge pour véhicules électriques, ont indiqué jeudi Energie Sion Région (esr) et la HES-SO Valais.

L'équipement permettra de mesurer, contrôler et commander intelligemment la consommation énergétique d'un logement, pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire, ainsi que des processus industriels flexibles. Le but est de mieux intégrer les énergies renouvelables dans le réseau lorsqu'elles sont produites, d'améliorer la stabilité du réseau et de valoriser la flexibilité.

Douze partenaires

Le projet réunit douze partenaires en provenance d'Irlande, de Slovénie, du Danemark, de Chypre, d'Allemagne et de Suisse. Sion est le plus grand des trois sites pilotes du projet, aux côtés de Nicosie (Chypre) et de Wunsiedel (Allemagne).

Avec près de 700 producteurs d'énergie photovoltaïque, des usines hydroélectriques, des PME et des entreprises, la zone de desserte d'Energie Sion Région est «un parfait terrain d'étude», estiment les deux partenaires suisses. Le projet, lancé en novembre 2017, s'étale sur trois ans.

Soutien financier européen et suisse

Des entreprises valaisannes comme Provins ou Biofruits sont d'ores et déjà intéressées à participer au projet. Trouver les maisons individuelles n'est pas un problème en raison de l'intérêt des habitants en général pour la gestion des énergies et en raison du fait que leur confort ne sera en rien perturbé.

Le projet bénéfice d'une subvention européenne de 9 millions d'euros (10,4 millions de francs), auxquels s'ajoutent 2,5 millions de francs versés par la Confédération. Le projet Goflex est une suite logique au projet européen Semiah achevé au printemps 2017.

(ats)

Votre opinion