Publié

SantéDormir peu, c'est dangereux

Le manque de sommeil a de graves conséquences, tant sur le corps que sur l’esprit. De plus en plus d’études le prouvent.

par
Pascale Bieri
JGI/Jamie Grill/Gettyimages

Nos nuits s’écourtent. En un siècle, nous avons perdu une à deux heures de sommeil par nuit, selon une enquête portant sur 5600 personnes suivies durant trois ans. Bref, nous sommes toujours plus nombreux – et notamment les ados – à dormir moins des 7 heures recommandées. Et alors?

Manger plus, et plus gras

Alors, en dessous de ce chiffre, la santé peut en prendre un méchant coup. Des conséquences se font d’ailleurs sentir après une seule nuit de carence. Par exemple, en nous poussant à manger plus, et plus gras. Plusieurs études ont également démontré un lien entre le manque de sommeil chronique et un risque plus élevé d’obésité. Tout récemment, une autre étude a, quant à elle, révélé qu’une seule nuit trop courte affectait la masse cérébrale, alors que d’autres chercheurs ont découvert que cela engendrait une plus grande émotivité, une absence de concentration, des problèmes de mémoire et une augmentation du risque de s’enrhumer. «Le manque de sommeil peut réduire la production d’anticorps et de cytokines, des protéines produites durant le sommeil, qui nous protègent contre le stress et les infections», souligne le Dr Michel Mangin, spécialiste du sommeil à Genève.

A plus long terme, le manque de sommeil multiplie les risques d’accident vasculaire cérébral par quatre, augmente le risque de diabète, de certains cancers, mais réduit aussi jusqu’à 29% la production de spermatozoïdes chez les jeunes hommes. Bref, si la vie appartient à ceux qui se lèvent tôt, il faut encore qu’ils aient bien dormi.

Le sommeil et les jeunes

1 ado sur 4 dort moins de 7 heures par nuit, à l’âge de 15 ans. Entre 15 et 19 ans, ils sont 30% dans ce cas-là. Or, les jeunes devraient dormir en moyenne 9 h 30 pour être en forme.

Le chiffre

700 gènes du corps humain sont directement touchés lors d’un petit manque de sommeil, soit moins de 6 heures par nuit durant une semaine. Ce qui entraîne diverses conséquences sur la santé.

Risque de cancer

50%: Le pourcentage de risque supplémentaire dû au manque de sommeil d’être atteint d’un adénome colorectal. Ce qui peut déboucher sur un cancer.

Votre opinion