JO 2016: Doublé des frères Brownlee sur le triathlon

Publié

JO 2016Doublé des frères Brownlee sur le triathlon

Les deux Suisses Andrea Salvisberg et Sven Riederer ont terminé dans le top 20. Un bon résultat.

1 / 145
Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments  mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Keystone
La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

AFP
Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

AFP

Alistair devant Jonathan: les frères Brownlee ont, comme prévu (ou redouté par leurs concurrents), imposé leur loi sur le triathlon des JO autour de Copacabana. L'aîné, 28 ans, tenant du titre, est du même coup devenu le premier triathlète double champion olympique de l'histoire, tous sexes confondus.

Les deux Suisses en lice ont terminé dans le top 20. Un résultat qui, pris dans le contexte propre tant à Andrea Salvisberg (16e) qu'à Sven Riederer (19e), est plutôt bon mais qui, au regard du passé de la Suisse dans la discipline, est une déception. Pour rappel, les triathlètes helvétiques avaient toujours au moins placé un des leurs dans les huit premiers aux Jeux depuis 2000 et l'irruption de ce sport dans le programme.

«Je suis vraiment content», a quand même réagi Salvisberg (27 ans) après avoir brandi le poing en franchissant la ligne de ses premiers JO. «Je termine dans le top 20, c'était mon objectif, j'ai ressenti beaucoup de plaisir.» En bonne place dans le groupe de tête après la natation et le vélo, le Bernois a été décroché dès la troisième et dernière transition ainsi que dans les premiers hectomètres de course à pied.

Soit au moment précis où les frères Brownlee, en patrons incontestés du peloton, ont décidé de nettement hausser le ton et de partir seuls. «Nous avons roulé vite en vélo et j'ai senti lors de la montée que ça allait être dur pour moi durant la course à pied», a expliqué Salvisberg, qui n'a signé que le 37e temps dans la spécialité. «Il faisait vraiment très chaud et heureusement que les organisateurs avaient prévu énormément de bouteilles d'eau, ce qui m'a permis de m'hydrater à chaque kilomètre», a conclu le troisième des championnats d'Europe du printemps dernier.

Bonne note

Pour Sven Riederer, c'est une page qui se tourne. Le médaillé de bronze de 2004, encore huitième il y a quatre ans à Londres, disputait à Rio ses quatrièmes et derniers JO, se préparant désormais à faire son trou dans le monde de l'Ironman et du semi-Ironman. Jamais au contact avec les meilleurs, Riederer a terminé sur une bonne note en s'accrochant comme à son habitude pour terminer quand même à une place honorable.

«Un bon triathlète se caractérise par un engagement total, et c'est ce que j'ai démontré dans mon dernier tour, abordé à la 24e place et terminé à la 19e, s'est réjoui Riederer. Je peut être satisfait de ma course ainsi que de l'ensemble de ma carrière olympique.»

Devant, les deux Brownlee ont fait exactement ce qu'ils ont voulu, se permettant même de réaliser la course que tout le monde attendait d'eux: être devant en natation, imprimer un tempo élevé en vélo et lâcher tout le monde dès le début du parcours à pied. Leurs adversaires le savaient, mais personne n'a pu contrer.

Écart décisif

Ayant fait le vide autour d'eux, les deux frangins de Leeds - qui se tirent la bourre avec acharnement à l'entraînement toute l'année - ont pu avoir l'explication que beaucoup d'amateurs espéraient.

Sauf qu'Alistair n'a pas pris le risque d'attendre le sprint pour se parer une deuxième fois d'or et a porté son attaque après le cinquième des dix kilomètres de course à pied, creusant un écart décisif qui s'est réduit à six secondes sur la ligne d'arrivée que l'aîné a toutefois franchie au pas.

Jonathan, médaillé de bronze en 2012, devra donc encore attendre avant de détrôner son frère. La troisième place a été prise par le Sud-Africain Henri Schoeman.

(si)

Ton opinion