Hippisme: Doublé suisse lors des finales de Coupe du monde
Actualisé

HippismeDoublé suisse lors des finales de Coupe du monde

Steve Guerdat s'est imposé à Göteborg, devant Martin Fuchs. C'est la première fois que les cavaliers suisses sont à pareille fête.

par
Alban Poudret
Göteborg
C'est la troisième fois de sa carrière que le cavalier suisse remporte les finales de la Coupe du monde.

C'est la troisième fois de sa carrière que le cavalier suisse remporte les finales de la Coupe du monde.

EPA

Génial, Steve Guerdat! Et très fort, «Alamo»! Dimanche à Göteborg, là-même où il avait déjà triomphé en 2016 avec «Corbinian», Steve Guerdat s’est offert sa troisième Coupe du monde de saut d’obstacles, une épreuve dotée de 1,3 million d'euros. En Suède, le champion olympique de Londres en 2012 a devancé le Zurichois Martin Fuchs. Le Jurassien égale ainsi le record détenu par Meredith Michaels Beerbaum, Hugo Simon, Rodrigo Pessoa et Marcus Ehning et, à 36 ans, il a encore tout le temps de compléter sa collection!

Pour la Suisse, c’est la 5e victoire du genre, après Markus Fuchs, l’oncle de Martin, ici en 2001, Beat Mändli, 1er en 2007 (mais bien malheureux ici après sa chute de jeudi soir), et Steve Guerdat, qui s’est imposé à Las Vegas en 2015 avec «Albführen’s Paille», en 2016 ici avec «Corbinian» et ce dimanche avec «Alamo», hongre hollandais de 11 ans propriété du cavalier mexicain Patricio Pasquel Quintana.

«La Coupe du monde m’a toujours fait rêver et le public de Göteborg (12'000 spectateurs enflammés ce dimanche encore) aussi, déjà enfant je regardais ça à la télé et j’espérais gagner ici. J’ai d’abord cru que cette Coupe me tournait le dos, j’ai été deux fois 2e et 3e, mais depuis 2015, c’est le rêve ! M’imposer deux fois ici, après une victoire à Las Vegas, c’est fabuleux ! Et réussir ça avec «Alamo», qui dispute là son premier championnat, c’est inouï!», avouera Steve Guerdat, très ému.

Comme aux Jeux équestres mondiaux de Tryon, l’automne passé, Steve Guerdat était sur le podium aux côtés de son «pote» Martin Fuchs, à nouveau 2e avec «Clooney», et cette fois-ci, il n’y avait personne devant eux. «J’aurais évidemment préféré gagner, mais si quelqu’un devait me battre, alors ça devait être Steve, qui est un grand ami et un exemple, une aide précieuse aussi.», a dit le Zurichois de 26 ans, qui finit à un petit point du Maître. Une paille! Coup de chapeau aussi à son père, Thomas Fuchs, coach des deux premiers!

Le Suédois Peder Fredricson, vice-champion olympique et déjà sacré champion d’Europe ici à Göteborg voici deux ans, complète un magnifique podium.

Votre opinion