Motocyclisme: Andrea Dovizioso et le temps qui passe

Publié

MotocyclismeDovi et le temps qui passe

Andrea Dovizioso, le dernier des dinosaures du MotoGP, se retirera dans un mois, au soir du GP de San Marino, à Misano. Une époque se termine, le MotoGP continue.

par
Jean-Claude Schertenleib
Yannick Michel/LM

Fin de l’été 2021. Valentino Rossi, comme il l’avait promis, annonce qu’il mettra un terme à sa carrière en fin de saison. La star des stars, le phénomène, l’assembleur (autour de sa propre personne) va laisser une trace indélébile dans l’histoire de la course, celle de deux décennies de popularité extrême, de taux d’écoute inimaginables, de la mondialisation du «produit» MotoGP. Ce produit se remettra-t-il de cette retraite?

Il faudra encore attendre quelques années pour donner une réponse définitive à cette question, mais les signaux sont clairs; ils ne sont pas encore au rouge, même pas à l’orange, mais ils sont de plus en plus jaunes. Ce jaune «rossiiste» qui accompagne désormais la star sur les circuits automobiles (ce fut de la folie, le week-end dernier, lors des 24 Heures de Spa-Francorchamps, autour de l’Audi de Valentino Rossi). Fin de l’été 2021, la star des stars va s’en aller, un autre dinosaure annonce son retour, après une année sabbatique, c’est Andrea Dovizioso.

Une personnalité discrète

S’il est un pilote hors pair, si son palmarès est remarquable – 343 départs en GP, 24 victoires (15 en MotoGP, 4 en 250 et 5 en 125 cm3), 103 podiums et un titre mondial (en 125, en 2004, une année avant Tom Lüthi) – la personnalité d’Andrea Dovizioso est à l’opposé de celle de son compatriote.

Mais s’il revient, ce n’est pas parce qu’il s’ennuie à la maison depuis son départ de chez Ducati, c’est parce qu’il rêve de voir ce dont il est encore capable avec cette Yamaha qui avait été la machine de ses débuts dans la catégorie reine. Pour le deuxième constructeur japonais en importance, c’est aussi une aubaine, puisque «Dovi», personnalité discrète, est un formidable metteur au point dont l’expérience avec Ducati ne peut qu’intéresser les Japonais. Cela sent le super coup, l’opération «win-win» parfaite.

Las, ça ne marchera pas. Désormais, un seul homme est capable de s’en sortir avec la M1, c’est Fabio Quartararo. Ce jeudi matin, l’annonce a fait l’effet d’une bombe: le GP de Misano sera le dernier de la carrière de «Dovi». Il sera remplacé pour les six dernières courses de la saison par le pilote de tests Yamaha, le «retraité» Cal Crutchlow.

La phrase: Andrea Dovizioso

«Malheureusement, ces dernières années, le MotoGP a changé de manière profonde. Je ne me suis jamais senti à l’aise sur cette moto, j’ai été incapable d’utiliser son potentiel»: le futur retraité a toujours été franc. Cette fois encore.

Quartararo: défi supplémentaire

Voici donc l’heure de la reprise, après cinq semaines de vacances. Une reprise d’ores et déjà très importante pour le leader du championnat du monde, Fabio Quartararo, qui devra purger à Silverstone une pénalité de «long lap» suite à son erreur d’Assen, lorsqu’il était tombé en tentant de faire l’intérieur à Aleix Espargaró. «Les premiers jours de vacances, je me suis fait plusieurs scénarios, imaginant comment et à quelle vitesse j’allais effectuer cette punition. Puis, je me suis calmé en me disant qu’il vaudra peut-être mieux perdre 2 dixièmes que de me retrouver à terre», avoue le Français.

Rins, seule confirmation de l’été

Une seule officialisation de transfert est tombée pendant la pause: Alex Rins (on rappelle que Suzuki se retire du championnat en fin de saison) roulera dans le team Honda de Lucio Cecchinello. La grille 2023 à ce jour (en gras, les pilotes ayant signé). Red Bull KTM: Brad Binder et Jack Miller. Tech3 KTM: Pol Espargaró, Remy Gardner (?), Raúl Fernández (?). Aprilia Factory: Aleix Espargaró et Maverick Viñales. RNF Aprilia: Miguel Oliveira (?), Raúl Fernández (?), Darryn Binder (?). Yamaha Factory: Fabio Quartararo et Franco Morbidelli. Repsol Honda: Marc Márquez, Joan Mir (?). LCR-Honda: Alex Rins, Ai Ogura (?), Takaaki Nakagami (?). Ducati Corse: Francesco Bagnaia, Jorge Martin (?), Enea Bastianini (?). Ducati Pramac: Johann Zarco (?), Jorge Martin (?), Enea Bastianini (?). Ducati Gresini: Alex Márquez et Fabio Di Giannantonio. Ducati VR46: Luca Marini (?), Marco Bezzecchi (?).

Quid de Marc Márquez?

L’octuple champion du monde Marc Márquez poursuit sa rééducation après la nouvelle et définitive (tout le monde l’espère) opération subie à son bras droit ce printemps. S’il a toujours dit qu’il ne précipiterait rien, l’Espagnol devrait très bientôt revenir dans le paddock pour supporter son équipe et des bruits en provenance d’Espagne imaginent même un retour au guidon lors de la journée de tests qui suivra le GP de San Marino, à Misano, dans un mois. Honda a en effet absolument besoin d’avoir de vraies informations techniques pour poursuivre le développement de son modèle 2023.

Rendez-vous le 26 mars à Portimão

On sait depuis plusieurs mois que le Qatar n’abritera pas l’ouverture du championnat du monde 2023, des travaux étant programmés cette fin d’automne et cet hiver sur le circuit de Lusail. S’il faudra encore attendre quelques semaines pour découvrir le calendrier du prochain championnat, une certitude: le prochain exercice commencera près de Portimão (Portugal), sur le circuit de l’Algarve, le week-end des 24 et 26 mars.

Ton opinion