11.03.2020 à 12:40

Drame de Chamoson: l'Etat ne veut rien payer

Valais

Deux personnes n'ont toujours pas été retrouvées ni considérées comme mortes depuis le débordement de la Losentse survenu le 11 août 2019.

Un homme de 37 ans et une fillette âgée de 6 ans au moment des faits avaient disparu.

Le canton du Valais ne payera pas une partie des frais de recherche en lien avec le drame de Chamoson. Le postulat de l'UDC n'a pas été suivi par le Grand Conseil. Le 11 août 2019, deux personnes avaient disparu, suite au débordement de la Losentse.

Depuis lors, un homme de 37 ans et une fillette âgée de 6 ans au moment des faits n'ont été ni retrouvés, ni considérés comme décédés par les autorités. Le Ministère public n'a pas classé le dossier. Les recherches s'effectuent toujours ponctuellement, «en fonction des quantités d'eau qui s'écoule», dévoile le président de Chamoson, Claude Crittin.

Cette situation particulière a donc poussé Grégory Logean (UDC) et son camarade de parti Flavien Sauthier à déposer un postulat devant le Grand Conseil. Par leur démarche, les députés souhaitaient que les familles ne reçoivent pas de factures en lien avec ce drame, l'assurance accident ne prenant pas l'entier de cette somme à sa charge.

Collectes de fonds

Le Conseil communal de Chamoson statuera prochainement sur la question. «Notre Conseil n'a pas encore pris de décision concernant la refacturation aux familles de la prise en charge de tout ou partie des frais par la collectivité publique», a indiqué, ce mercredi à Keystone-ATS, le président de commune. «La décision se prendra dans le cadre de la clôture des coûts totaux de la remise en état des torrents et des mesures de sécurisation en cours».

Des collectes de fonds ont également été ouvertes en faveur des familles des deux disparus. «Lors de catastrophes naturelles, il nous apparaît évident que les frais de recherches ne sauraient être mis à la charge des familles de victimes, déjà lourdement endeuillées. Il ne serait également pas juste de les laisser à la seule commune concernée», a rappelé Grégory Logean.

L'intervention UDC visait également à introduire des modifications législatives cantonales et/ou à d'étudier la création d'un fonds permettant d'assurer le financement de telles recherches en cas de catastrophe naturelle.

Pragmatisme

Sandra Cretton (PDC) a estimé que les collectivités publiques ne sont pas là pour suppléer les assurances en de tels cas. Les Verts ont, eux, combattu le postulat, estimant le Grand Conseil dénué de la compétence pour prendre position sur la question du drame de Chamoson. Au final, le Parlement a choisi de classer le postulat (54 oui, 61 non, 5 abstentions).

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!