Vaud: Drame de l'A1: la roue tueuse a fauché une mère de deux enfants

Actualisé

VaudDrame de l'A1: la roue tueuse a fauché une mère de deux enfants

L'accident entre deux véhicules – dont les occupants sont indemnes – a ôté la vie à une femme, qui circulait en sens inverse. Elle vivait avec les siens à St-Prex (VD).

par
lematin.ch
La conductrice n'a rien pu faire pour échapper à la roue qui arrivait de la voie opposée. Elle a été tuée sur le coup.

La conductrice n'a rien pu faire pour échapper à la roue qui arrivait de la voie opposée. Elle a été tuée sur le coup.

Lecteur reporter 20 minutes

La malheureuse n'a eu aucune chance. Sa vie s'est arrêtée net, en une fraction de seconde. Mercredi vers 11h, alors que cette conductrice roule sur l'autoroute A1 (Genève => Lausanne) à la hauteur de Morges, une roue est venue littéralement s'abattre sur son pare-brise. La violence du choc fait place à l'évidence et à l'horreur. L'automobiliste, âgée de 43 ans, n'a commis aucune faute de circulation. Elle passe par là au moment où l'impensable survient. Et décédera sur le coup.

Quid de l'accident déclencheur?

Sur l'autre voie (Lausanne => Genève), deux véhicules se sont heurtés quelques secondes plus tôt. Un premier accident dont on ne sait encore rien, tout juste qu'il n'a pas fait de blessés. A ce stade des investigations, la procureure en charge de l'affaire, Marlène Collaud, préfère ne pas s'exprimer. Cette collision sans gravité a pourtant provoqué la véritable tragédie. C'est précisément la roue d'une des deux voitures accidentées qui s'est détachée d'un essieu et qui s'est envolée par dessus la berme centrale de l'A1 avant d'atterrir sur la vitre avant de voiture de la quadragénaire.

«Ses filles adorées»

Physiothérapeute à domicile, la victime habitait St-Prex avec les siens. Elle était l'heureuse maman de deux filles. «Ses filles adorées», dit l'avis de décès. Elle laisse aussi dans la peine un époux, «Son Amour», ainsi que sa famille et ses proches domiciliés dans le canton de Fribourg et en Inde, pays d'origine de son mari.

Evelyne Emeri

Ton opinion