Publié

VotationDrapeau 1:12 brûlé à Nendaz

Des inconnus ont brûlé le drapeau de la campagne 1:12 accroché au balcon d’un membre des Jeunes socialistes du Valais romand à Nendaz. Et de violentes attaques ont continué sur les réseaux sociaux.

par
Melina Schroeter
C'est un drapeau comme celui-là qui a été brûlé.

C'est un drapeau comme celui-là qui a été brûlé.

Keystone

«C’est intolérable! Il n’y a aucun respect pour la liberté d’expression, aucun respect des idées des autres.» Gauthier Glassey est en colère. Membre des Jeunes socialistes du Valais romand, il a commandé, comme beaucoup d’autres militants, le drapeau de la campagne «1:12 pour des salaires équitables». Un étendard qu’il a accroché sur sa maison de Nendaz. Et que des inconnus ont brûlé durant son absence

«C’est relativement compliqué d’être socialiste en Valais, et à Nendaz particulièrement, une commune plutôt conservatrice. Quand je sors avec des copains, il m’arrive régulièrement d’être pris à partie.» Gauthier Glassey a d’ailleurs une petite idée sur les personnes responsables de cet acte de vandalisme. «Je ne sais pas encore si je vais porter plainte mais en tout cas je veux agir pour que ça ne se reproduise plus. Il y a des choses qui sont dites qui sont franchement intolérables.» Le jeune homme fait notamment allusion à des commentaires postés sur Facebook, où il avait raconté sa mésaventure. Certains internautes se sont alors déchaînés pour soutenir les «incendiaires».

«C’est inadmissible, ce sont vraiment des méthodes de voyous!» s’indigne Mathias Reynard, conseiller national socialiste valaisan. En Valais on assiste véritablement à un retour de l’anti-socialisme primaire. Avec un discours plus violent dans lequel tout est permis.»

Quant à Gauthier Glassey, il n’a nullement l’intention de se laisser impressionner. Un nouveau drapeau 1 :12 est déjà raccroché sur sa maison. «Si mes idées dérangent à ce point certaines personnes, cela me donne encore plus envie de me battre pour les défendre.»

Votre opinion