Publié

InculpationDSK comparait devant la justice: il risque 20 ans de prison

Depuis cette nuit, le grand patron du FMI est interrogé par la police de New York suite à une plainte déposée par la femme de chambre d'un hôtel où il séjournait pour "agression sexuelle". Suivi des révélations au fur et à mesure de la journée.

Le patron du FMI Dominique Strauss-Kahn.

Le patron du FMI Dominique Strauss-Kahn.

Keystone

23h41

La victime présumée a formellement identifié Strauss-Kahn au commissariat

21h57

La femme de chambre de 32 ans de l'hôtel Sofitel de New York, victime présumée d'une agression sexuelle par Dominique Strauss-Kahn, devait arriver dimanche au commissariat où se trouvait le directeur du Fonds monétaire International (FMI), a annoncé la police à la presse. "La victime présumée va bientôt arriver" au commissariat du quartier de Harlem, chargé des enquêtes ayant trait aux affaires de délits sexuels, a annoncé la police aux journalistes peu après 15h00 heure locale.

La police a également ajouté que M. Strauss-Kahn passerait devant les photographes à sa sortie de garde à vue. Il doit ensuite comparaître devant un juge dans un tribunal du sud de Manhattan.

19h55

Le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, va "bien", a déclaré dimanche à l'AFP l'un de ses avocats américains, William Taylor, après l'avoir vu dans un commissariat de New York où il est interrogé pour une affaire de tentative de viol.

19h31

Un des avocats de Dominique Strauss Kahn est arrivé peu avant 19h au commissariat de Harlem, à New York, où le patron du FMI est entendu dans une affaire de tentative de viol. Benjamin Brafman, avocat new-yorkais réputé, a pénétré dans le commissariat sans faire de déclaration.

19h15

La comparution de Dominique Strauss-Kahn devant un juge new-yorkais qui devait décider dimanche de l'incarcérer ou non n'est que la première étape de la procédure judiciaire accusatoire à son encontre. Le patron du FMI encourt vingt ans de prison.

Contrairement au système «inquisitoire» français, dans lequel un juge d'instruction met en examen le prévenu puis décide ou non de le renvoyer devant un tribunal à l'issue d'une enquête à charge et à décharge, la justice américaine se fonde sur un système «accusatoire»: le procureur rassemble les preuves pour démontrer l'éventuelle culpabilité de l'accusé. A la défense de prouver qu'il est innocent.

18h26

Le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, s'est dit dimanche "pas certain que pour la réputation de la France à l'étranger" l'inculpation à New York du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, "soit un moment très positif".

16h50

Anne Sinclair, épouse de Dominique Strauss-Kahn, a affirmé dimanche dans un communiqué à l'AFP, qu'elle ne croyait "pas une seule seconde aux accusations portées contre (son) mari" et ne doutait "pas que son innocence soit établie". "Je ne crois pas une seule seconde aux accusations qui sont portées contre mon mari. Je ne doute pas que son innocence soit établie", a écrit Mme Sinclair dans un bref communiqué, avant d'appeler "chacun à la décence et à la retenue".

13h15

DSK sera présenté à la Cour criminelle de justice à midi heure locale à New York, c'est-à-dire à 18 heures en Suisse. Il refuse tout accord à l'amiable, une procédure pourtant courante aux Etats-Unis. Le patron du FMI s'engage donc dans un bras de fer avec la justice pour prouver son innocence. Néanmoins, il pourrait être libéré sous caution dans la journée, auquel cas il serait contraint à rester uniquement dans l'Etat de New York.

Par ailleurs, des tests ADN seraient en cours à l'Hôpital Roosevelt où a été admise la plaignante pour des blessures légères. Si les faits étaient avérés, le socialiste français encourrait 15 à 20 ans de prison pour tentative de viol, et 3 à 5 ans pour séquestration.

A l'Elysée, c'est la stricte réserve qui prévaut. Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy aurait immédiatement demandé à tous ses ministres de ne pas s'exprimer. Le seul autorisé à communiquer est le porte-parole du gouvernement de l'Hexagone, François Barouin qui, interrogé par France 2, est néanmoins resté très peu prolixe: "Comprenez que nous n'en disions pas plus. Je n'utilise pas le futur, encore moins le présent, et tout juste le conditionnel", a-t-il répondu au journaliste vedette Laurent Delahousse.

13h10

L'arrestation du directeur du FMI empêche ce dernier de se rendre à deux rendez-vous européens d'importance: aujourd'hui, il devait rencontrer la chancelière Angela Merkel, à la veille d'une réunion des ministres de Finance de la zone Euro à Bruxelles. Berlin a pris note de l'annulation de facto de cette rencontre et un proche conseiller politique de la chancelière a lâché: "Le FMI va ou doit fonctionner avec ou sans son directeur". Le FMI risque fort de suspendre - ne serait-ce que temporairement - son grand patron désormais inculpé.Sans parler de la tenue du G8 qui se déroulera, quoiqu'il advienne, les 26 et 27 mai prochains à Deauville, là aussi, avec ou sans le patron du FMI, même si son absence portera tort à l'efficacité du sommet, selon les analystes politiques français.

11h50

"Coup de tonnerre" : La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a organisé un point presse en fin de matinée. Elle s'est dite "stupéfaite" de l'inculpation de Strauss-Kahn et évoque un "coup de tonnerre". Martine Aubry appelle toutefois les socialistes à rester "unis et responsables".

11h35

Selon les statuts du FMI, l'immunité diplomatique ne s'applique qu'aux "actes accomplis par [les fonctionnaires ou employés du FMI] dans l'exercice officiel de leurs fonctions".

11h05

L'un des avocats français de DSK, Me Leon-Lef Forster demande que les accusations portées par l'employée du Sofitel de Manhattan soient analysées pour voir si les faits sont réels ou s'il s'agit d'une provocation. "Il ne faut surtout pas rentrer dans un spectacle médiatique et attendre que les choses soient éclaircies, a-t-il ajouté. Il ne faut pas paniquer et rester sereins.".

10h40

Le député UMP Bernard Debré qualifie DSK d'"homme peu recommandable". "C'est humilier la France que d'avoir un homme qui soit comme lui, qui se vautre dans le sexe", tempête-t-il sur Europe 1.

10h35

Du côté des membres Parti socialiste, les réactions invitent à la prudence. Ségolène Royal parle d'une "nouvelle bouleversante, à propos de laquelle tout reste à vérifier". La candidate à la primaire socialiste dit ne pas vouloir "transformer cet événement en feuilleton politique".

10h30

On apprend que la plaignante, femme de chambre de 32 ans qui travaillait dans l'hôtel où séjournait DSK (dans une suite dont le coût serait de 3 000 euros) a été emmené à l'hôpital pour des blessures mineures.

10h21

Le député socialiste proche de DSK Jean-Christophe Cambadélis réagit sur son blog en appelant à la retenue.

10h07

Le FMI a mis en ligne récemment un communiqué prenant acte de l'arrestation de son patron. Le texte est laconique : «Le directeur général du FMI a été arrêté à New York. M. Strauss-Kahn a engagé un avocat et le FMI n'a aucun commentaire à faire sur ce dossier. (...) Le FMI reste complètement opérationnel.»

9h50

On apprend que Benjamin Brafman sera l'un des avocats de DSK, qui plaidera "non-coupable". On connaît Maître Brafman pour sa facilité à sortir ses clients célèbres du pétrin. Ainsi, le correspondant de l'hebdomadaire français L'Express, Philippe Coste, note dans son blog cité par Le Monde, qu'un de ses clients, le rappeur Jay-Z, pousuivi pour coups et blessures sur un de ses producteurs, s'en est bien sorti grâce à lui. Et de conclure: "mais sa clientèle habituelle, plutôt un peu voyou, ne flatte pas la réputation de ce dernier et prestigieux client".

9h20

Les premières réactions politiques françaises parviennent aux médias. Le député socialiste Jean-Marie Le Guen indique que l'accusation d'agression sexuelle "ne ressemble en rien à DSK". "Il faut se garder de toute conclusion avant que Dominique Strauss-Kahn ne se soit exprimé", met-il en garde. Quant à Marine Le Pen, la président du parti d'extrême droite français (FN), elle estime que DSK est "définitivement discrédité comme candidat" à la présidentielle. Ecoutez la réaction de la présidente du Front National en France

8h58

La police new-yorkaise annonce l'inculpation de DSK pour "agression sexuelle, tentative de viol et séquestration". Le grand argentier devrait être déféré devant le Parquet aujourd'hui même.

8h31

BFM TV annonce que le consul de France à New York a pu rencontrer Dominique Strauss-Kahn.

7h20

C'est le New York Times qui révèle en premier l'arrestation du grand argentier. Une information rapidement confirmée de source officielle. Le prestigieux quotidien américain indique: "M. Strauss-Kahn a été débarqué d'un vol Air France par des agents de l'autorité des ports de New York et du New Jersey et remis à des enquêteurs de Manhattan".

On en apprend plus sur les faits qui lui sont reprochés, via la divulgation partielle du témoignage de la plaignante. Il s'agit d'une femme de 32 ans, femme de chambre à l'hôtel français le Sofitel où DSK séjournait. Cette plaignante affirme avoir pénétré dans la suite numéro 2806 où séjournait DSK. Alors que la chambre devait être inoccupée, la jeune femme se serait retrouvée nez à nez avec le patron du FMI, "entièrement nu" qui aurait immédiatemment empoigné l'employée, la forçant à s'allonger sur le lit à deux reprises. La femme de chambre aurait alors pu vite s'emparer du téléphone pour appeler la police.

Arrivée sur les lieux, la police de New York se casse le nez sur la porte. DSK n'est plus là, mais certains effets personnels, comme son téléphone portable, serait resté dans la suite qu'il occupait.

(ATS/AFP)

Ton opinion