Publié

NucléaireDu césium de Mühleberg dans le lac de Bienne

Des géologues ont découvert un pic de radioactivité. La Ville de Bienne pompe près de 70% de son eau potable directement dans le lac.

par
Le Matin Dimanche

Des géologues de l'Université de Genève ont fait une découverte surprenante: un pic de césium 137 dans le lac de Bienne. L'analyse de sédiments montre qu'il y a eu une quantité de radioactivité supérieure à la normale vers l'an 2000. Sur mandat du «Matin Dimanche», le laboratoire du chimiste cantonal de Bâle-Ville a refait les mêmes tests. Le pic de césium est clairement confirmé. Selon les experts, il vient à coup sûr de la centrale nucléaire de Mühleberg. La Ville de Bienne pompe près de 70% de son eau potable directement dans le lac.

Le système de contrôle est inopérant

La santé publique n'est toutefois pas menacée, confirment différents spécialistes. Mais de sérieuses questions se posent néanmoins: comment se fait-il que les autorités n'aient rien remarqué? La centrale communique-t-elle ses déversements de façon transparente? L'IFSN, l'autorité de surveillance en matière de nucléaire, prend-elle son rôle au sérieux?

Notre enquête montre qu'il n'y a aucun système alerte précoce pour la radioactivité dans l'eau potable. Et le système actuel, qui ne permet qu'un relevé une fois par mois, est totalement inopérant. Ses tuyaux se bouchent régulièrement. « Nous avons reconnu ce manque », dit aujourd'hui Werner Zeller, le chef de la division radioprotection de l'Office fédéral de la santé publique. Il veut étudier l'installation d'un système de mesure de la radioactivité de l'eau en continu.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Votre opinion