Actualisé 05.10.2019 à 19:45

AthlétismeDu chocolat au goût exquis pour les sprinteuses suisses

Aux Mondiaux de Doha, les Suissesses ont terminé au pied du podium du 4 x 100 m, record national pulvérisé. Un résultat monumental.

par
Ugo Curty et Blaise Craviolini/Sport-Center
Le quatuor suisse n'a rien à se reprocher. Tant s'en faut...

Le quatuor suisse n'a rien à se reprocher. Tant s'en faut...

Keystone

Samedi soir aux Mondiaux de Doha, au Qatar, l’athlétisme suisse - qui nage décidément en plein bonheur - a failli tourner l’une de ses plus belles pages. Irréprochable dans ses passages de témoin, homogène, le relais féminin helvétique du 4 x 100 m a «échoué» au pied du podium, pulvérisant au passage son record national en 42’18’’.

Ajla Del Ponte, Sarah Atcho, Mujinga Kambundji et Salomé Kora n’ont été battues que par la Jamaïque, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Il ne leur a manqué que 8 centièmes, 8 misérables centièmes, pour décrocher une médaille de bronze qui eût été retentissante. «Je ne sais pas si les gens peuvent se représenter ce que signifie, pour une petite nation comme la nôtre, d’être à 8 centièmes à peine des Etats-Unis», a d’ailleurs souligné Sarah Atcho, au micro de la RTS, au sortir de cet exploit monumental. Le 4 x 400 m suisse se «plante»

Il n’y a pas eu de miracle, en revanche, pour le relais féminin 4 x 400 m, qui a terminé septième et… dernier de sa série des demi-finales. Il aurait fallu se classer parmi les trois premiers pour se qualifier directement pour la finale de dimanche. Mais en bouclant les quatre tours de piste en 3:30’63’’, à des éternités de leur record national, les Suissesses ne pouvaient pas espérer meilleur dénouement.

Sur sa lancée de la veille, mais dans un autre registre donc, Lea Sprunger avait pourtant placé ses coéquipières sur de bons rails. La Nyonnaise a même été pointée en tête de la course après le premier passage de témoins. Mais Fanette Humair, Rachel Pellaud et Yasmin Giger, les trois autres relayeuses helvétiques, moins expérimentées, n’ont logiquement pas soutenu la comparaison par rapport à leurs concurrentes.

«On est toutes déçues par ce temps si mauvais, a reconnu Lea Sprunger après la course. Nous n'étions pas venues ici pour faire ça. C'est encore difficile de trouver une explication à chaud, surtout sur un tour de piste qui est rapide. Nous devrons analyser la vidéo pour voir où nous avons perdu ces secondes.» Et d'ajouter: «Nous devrons courir plus vite l'année prochaine pour prendre une des 8 places restantes pour les JO de Tokyo 2020 (ndlr: la Suisse est virtuellement 3e, grâce à leur temps réussi aux Mondiaux de relais à Yokohama en mai). Nous devrons baisser notre temps de deux ou trois secondes pour assurer notre qualification.»

Cette série a été remportée par les Etats-Unis, devant la Grande-Bretagne et l’Ukraine.

Günthör perd un record vieux de 32 ans

Depuis 32 ans, Werner Günthör détenait le record du meilleur lancer du poids dans un championnat du monde. Le Suisse avait réussi 22,23 mètres lors du premier de ses trois titres mondiaux, obtenu à Rome en 1987. Cette marque était restée imbattue jusqu’à samedi soir, où… quatre hommes ont fait mieux.

L’Américain Ryan Crouser (argent) et le Néo-Zélandais Tomas Walsh (bronze) ont réussi 22,90 m. C’est l’Américain Joe Kovacs qui a finalement décroché l’or pour un petit centimètre seulement (22,91). Le Brésilien Darlan Romani (4e avec 22,53) est resté au pied du podium lors d’une finale de très haut vol.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!