16.10.2020 à 08:14

Hockey sur glaceDu puck à l’âme, l’échec est une bonne source d’inspiration

Après leur revers face à Ambri, les Servettiens ont su réagir en infligeant une correction à Langnau, 8 à 1. A quoi ça tient...

par
Christian Maillard, Genève

Quelle magnifique soirée aux Vernets, le public en est encore tout retourné. D’accord, en face ce n’était que Langnau, des Tigres de papier, promis cette saison aux dernières places et qui ont débarqué à Genève avec le seul objectif de limiter la casse. On ne va pas vous mentir, il n'y a pas eu de match ou si peu, mais dans quel état d’esprit s’étaient déplacés les joueurs d’Ambri samedi aux Vernets? Poser la question c'est y répondre.

Ce n’était aussi qu’Ambri, une équipe léventine décimée par de nombreux absents et corrigée la veille par Rapperswil dans sa Valascia. Exactement comme ce jeudi. L'adversaire était une victime en puissance qui s’était même retrouvée en infériorité numérique durant cinq minutes face à ces Genevois si impressionnants la veille à Zurich. Goliath n'aurait dû faire qu'une bouchée de David. Beaucoup de monde et moi le premier, pensions qu’il y aurait un cavalier seul des Grenat, une claque; qu'il y aurait pu y avoir déjà 8 à 1...

Et pourtant c'est le «petit» qui avait décroché la lune face à des fantômes. Ou plutôt des joueurs ailleurs, peut-être trop sûrs de leur affaire, encore sur leur petit nuage, qui avaient certainement oublié d'appliquer leur système en équipe et avec humilité. C'est aussi ce qui fait leur force. Pas sérieux s'abstenir...

Ils ont su rectifier le tir

Or voilà, si la bande à Patrick Emond avait eu tout faux il y a cinq jours, elle avait bien retenu la leçon, en entrant sur la glace avec beaucoup de concentration et de sérieux. Plus question de glisser encore une fois sur une peau de banane. A quoi ça tient…

Tous conscients dans le vestiaire qu’il était vraiment dommage d’être monté si haut pour dégringoler aussi bas devant leur public, les artistes des Vernets ont su retrouver leur chemin et rectifier le tir avec la manière. Du puck à l’âme, l’échec est souvent une bonne source d’inspiration.

Face à ces modestes joueurs de l'Ilfis, il n'était plus question de jouer avec un masque devant les yeux, à l’envers du bon sens. Si les visiteurs y ont cru un petit quart d’heure, lorsque Nolan Diem (14e) a répondu à l’ouverture du score de Tyler Moy (7e), tout est rentré très vite dans l’ordre, le temps que l’Aigle reprenne son envol. Pour le plus grand malheur d’Emmentalois qui ont fait peine à voir.

Linus Omark fait le show

A l’image de Linus Omark, les Servettiens ont rapidement retourné la patinoire, inscrivant cinq de leurs huit buts dans ces situations spéciales, celles qui avaient tant toussé samedi, même avec lui. Il est évident qu’avec un tel joueur dans sa formation, tout devient aussi plus facile pour les Genevois.

Peut-être bien qu’il en fait parfois un peu trop, qu’il a tendance à en rajouter et agacer ses adversaires, mais s’il jongle au milieu de la patinoire avec le puck, s'il tourne plusieurs fois autour de la cage et de ses adversaires, c’est pour amuser la galerie et assurer le spectacle. Si le Suédois, qui a fait du palet son royaume, prend du plaisir sur la glace, il en donne à ses coéquipiers qui se bonifient et un public qui en redemandent.

Mais sans l'apport de ses coéquipiers, des Moy, Vermin, Riat et Rod, qui doivent savoir le servir, il ne serait pas forcément devant la lumière. Il était même devenu transparent samedi contre Ambri, c'est dire...

Alors c’est vrai, ce n’était que Langnau en face. Et ce vendredi ce ne sera que Rapperswil. Mais si Omark est aussi inspiré que ce jeudi, les Servettiens peuvent s’attendre à une grande soirée. A tout retourner sur leur passage. On parie?

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Cricri07

16.10.2020 à 11:54

Encore une preuve que nous les genevois, c’est difficile de nous battre et ceci dans beaucoup de domaines

Windmoon

16.10.2020 à 11:13

Cette hiérarchie de journaliste sur les joueurs est fausse spécialement après 4 matchs. La seule voie dans ce sport est l'équipe, rien d'autre, avec des joueurs peut être plus talentueux que d'autres sur un soir. On sous estime trop ces équipes dites de 2e rang et elles se rebellent parfois en travaillant beaucoup plus fort sur la glace. (Ambri). La preuve ce soir contre Rapperswil, qui ne réussit, mais alors pas du tout à GSHC depuis des lustres.