03.08.2020 à 15:06

Commerce de détailDufry continue de plonger dans le rouge et veut réduire ses coûts

L’exploitant de boutiques hors-taxes a enregistré une perte nette de 903,2 millions de francs au premier semestre. Face à ce résultat en chute libre, l’entreprise bâloise souhaite contracter ses coûts à hauteur de 1 milliard de francs d’ici fin 2020.

Dufry envisage une baisse du chiffre d’affaires de 40% à 70% pour l’ensemble de 2020 par rapport à l’année précédente.

Dufry envisage une baisse du chiffre d’affaires de 40% à 70% pour l’ensemble de 2020 par rapport à l’année précédente.

KEYSTONE

Dufry a continué de plonger dans le rouge foncé au terme du premier semestre. Pour l’ensemble de l’exercice, le groupe veut réduire ses coûts de 1 milliard de francs et a émis trois scénarios qui vont d’une dégringolade comprise entre -40% et -70% des revenus. Mais Dufry s’estime bien positionné avec la reprise graduelle du trafic aérien. Les investisseurs ne sont pas du tout convaincus.

La perte nette a atteint 903,2 millions de francs, contre -107,3 millions au premier semestre 2019, alors que la perte opérationnelle s’est établie à 932,6 millions de francs, après un bénéfice de 123,1 millions un an auparavant, selon le communiqué paru lundi.

Dans le premier cas Dufry a battu les attentes du consensus AWP (les analystes tablaient sur une perte nette de 1,105 milliard), mais dans le second cas il a fait moins bien (les analystes anticipaient une perte opérationnelle de 875 millions).

La marge brute s’est inscrite à 58%, contre 60,2% l’année précédente. Le chiffre d’affaires a accusé une chute de 62,0% à 1,59 milliard de francs (consensus 1,635 milliard).

Réduction des coûts

Les dépenses de personnel ont reculé de 31,6% (-423,0 millions). Cette contraction s’explique par la réduction des coûts à tous les niveaux, le recours aux programmes de soutien gouvernementaux chaque fois que possible et la mise en oeuvre de programmes volontaires de réduction des salaires, précise le communiqué.

Les dépenses de personnel comprennent 62,7 millions de francs pour la restructuration et 34,4 millions de francs provenant de divers programmes de soutien gouvernementaux.

Dans le contexte actuel, Dufry avait déjà refusé en mai de livrer des prévisions pour l’ensemble de l’année 2020 dans son rapport du premier trimestre.

Dufry a défini des mesures de contraction des coûts pour différents scénarios en fonction de l’évolution du chiffre d’affaires en 2020 et des informations mises à disposition par différentes associations et fournisseurs de données indépendants du secteur du commerce de détail et des compagnies aériennes.

Les trois scénarios envisagent une baisse du chiffre d’affaires de 40%, 55% et 70% pour l’ensemble de 2020 par rapport à l’année précédente. Mais au cours des quatre premières semaines du mois de juillet, mois capital dans le tourisme, le chiffre d’affaires a chuté de 82,3%.

L’entreprise bâloise veut ainsi réduire ses coûts à hauteur de 1 milliard de francs à fin 2020, dont 299 millions en frais de location. Des économies de trésorerie de l’ordre de 160 millions sont également prévues.

Pas de problèmes de liquidités

Lors de la réouverture au second semestre 2020 et en fonction de l’évolution de la reprise, Dufry prévoit un flux de trésorerie mensuel moyen d’environ 60 millions de francs dans le scénario de -40% et d’environ 10 millions de francs dans le scénario de -55%. Avec le scénario de -70% la consommation de liquidités atteindrait près de 60 millions de francs.

L’entreprise n’a pas de problèmes de liquidités en vue, selon son responsable financier Yves Gerster. La consommation de liquidités comprend les dépenses de personnel et de fonctionnement, les variations du fonds de roulement, les dépenses d’investissement, les intérêts et autres frais financiers, ainsi que le règlement des impôts.

Plus de 1000 des 2400 points de vente Dufry dans le monde ont rouvert leurs portes, ce qui représente une capacité de vente d’environ 60% par rapport à l’année 2019. Environ la moitié des magasins détenant une capacité de vente de 70% devraient être rouverts d'ici la fin du mois d’août.

«Plus forts»

«Nous ressortirons plus forts de la crise», a déclaré le directeur général, Julien Diaz, lors d’une conférence téléphonique, «nous prévoyons toujours de revenir au niveau d’avant la pandémie en 2022».

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) loue les progrès réalisés du côté des coûts. Dufry a réussi à réduire la part variable des frais de location de 88%, ceux de personnel de 32% et les autres de 40%. Avec les mesures de financement prises en avril, les liquidités devraient donc être garanties jusqu’à «mi-2021 au moins».

À 15h45 la nominative Dufry perdait 3,15% à 22,41 francs. La Bourse suisse (indice SPI) prenait quant à elle 2,03%.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!