France - Dupond-Moretti attaqué pour sa montre suisse
Publié

FranceDupond-Moretti attaqué pour sa montre suisse

Des opposants s’en sont pris au ministre de la Justice car il portait une Breguet.

Le ministre a estimé que ces attaques pour sa montre étaient du niveau du caniveau.

Le ministre a estimé que ces attaques pour sa montre étaient du niveau du caniveau.

Capture BFMTV

Samedi, Éric Dupont-Moretti était en campagne pour élections régionales françaises à Arras, dans le Pas-de-Calais. Le célèbre avocat et actuel garde des Sceaux a été photographié alors qu’il collait des affiches et deux détails n’ont pas échappé à ses adversaires politiques: il portait une montre de luxe et des boutons de manchette semblant en or.

Certains s’en sont alors pris au ministre de la Justice sur les réseaux sociaux, sur le thème du riche avocat déconnecté du peuple. «Si à 60 ans, tu colles pas tes affiches avec ta Rolex et tes boutons de manchette, t’as raté ta vie! Un conseil, Éric Dupont-Moretti: le collage c’est avec une brosse!» a balancé l’UDI Eric Schahl. «Le colleur d’affiche Eric Dupond-Moretti en Rolex + Bouton de manchette», a enchaîné Damien Rieu, du Rassemblement national (RN). «Dupond-Moretti, le colleur d’affiches du peuple, affiche boutons de manchette et Rolex: grotesque!», a aussi envoyé Gilbert Collard, député européen RN.

Petite précision, comme l’a noté «Touche pas à mon poste!», il s’agit en fait d’une Breguet, pas d’une Rolex. Elle vaudrait quelque 20 000 francs. Reste que ces attaques semblent être tombées un peu à plat. Car les internautes qui ont réagi ont majoritairement défendu Éric Dupond-Moretti, soulignant par exemple qu’il vient d’un milieu modeste et qu’il a travaillé toute sa vie pour pouvoir s’offrir sa belle montre suisse.

Le principal intéressé a lui-même contre-attaqué sur BFMTV, s’en prenant vertement au RN, l’ex Front national. «Vous avez vu ce quils mont fait dans le Nord avec la montre et les boutons. Il y a l’arbitre des élégances qui est sorti de sa réserve pour critiquer le fait que j’étais monté voir les électeurs et qu’avec les jeunes, pour coller des affiches, je portais une montre et des boutons de manchette. Je voudrais dire que je n‘ai jamais piqué de montre à un membre du Front national et j’estime que c’est la moindre des choses de me présenter correctement devant les électeurs.»

Le ministre a encore conclu: «C’est une honte, c’est du caniveau, j’ai bossé toute ma vie et je suis ulcéré par ces méthodes, c’est ça le Front national voyez-vous.»

(R.M.)

Votre opinion