Actualisé

Etats-UnisDures discussions pour sortir de l'impasse budgétaire

Le président américain Barack Obama et les chefs de file républicains au Congrès semblaient avoir du mal vendredi à sortir de l'impasse budgétaire, au lendemain d'une ouverture proposée par les républicains.

1 / 18
Le Sénat américain a trouvé un accord de sortie de crise. (16 octobre 2013)

Le Sénat américain a trouvé un accord de sortie de crise. (16 octobre 2013)

Reuters
A quelques jours du défaut de paiement, les sénateurs tentent de trouver une issue à la paralysie budgétaire. (13 octobre 2013)

A quelques jours du défaut de paiement, les sénateurs tentent de trouver une issue à la paralysie budgétaire. (13 octobre 2013)

Reuters
La tension monte aux Etats-Unis. Paralysé par la crise budgétaire, le pays risque le défaut de paiement. (12 octobre 2013)

La tension monte aux Etats-Unis. Paralysé par la crise budgétaire, le pays risque le défaut de paiement. (12 octobre 2013)

Reuters

Les deux parties ont à nouveau tenu des discussions, «constructives», mais sans résolution.

Les négociations doivent permettre de rouvrir les services administratifs fédéraux, à l'arrêt depuis le 1er octobre, et d'avoir un relèvement du plafond de la dette pour la date butoir du 17 octobre. Le détail des négociations n'est pas public.

Les élus ont prévu de travailler tout le week-end, avec l'idée de parvenir à un accord de compromis pour le début de la semaine prochaine. Vendredi, les élus républicains de la Chambre des représentants attendaient une réponse de la Maison-Blanche à leur dernière offre.

Jeudi, ils ont proposé une augmentation temporaire du plafond de la dette pour une durée de six semaines tout en laissant entrevoir la possibilité d'une réouverture rapide des services administratifs si le président Obama acceptait de prendre des mesures pour une réduction importante de la dette publique.

Le président, lui, voulait un relèvement du plafond de la dette pour plus longtemps, sans contrepartie.«Nous attendons une réponse de la Maison-Blanche. S'il (Obama) montre qu'il est prêt à signer un accord à court terme» sur le plafond de la dette, les républicains feront en sorte de faire redémarrer l'administration, a déclaré le représentant républicain Tom Cole, de l'Oklahoma.

Besoin de nouvelles recettes

Lors d'une réunion de 90 minutes vendredi avec les sénateurs républicains, Barack Obama a déclaré que l'extension du plafond de la dette était insuffisante. Il a insisté sur la nécessité de nouvelles recettes pour un schéma de réduction des déficits publics à long terme, selon le compte-rendu donné par le sénateur républicain Orrin Hatch de l'Utah.

Le sénateur a déclaré être sorti de cette réunion avec le sentiment que la bataille fiscale allait continuer à être une «expérience difficile». «Les discussions ont porté sur tout», a pour sa part souligné le sénateur Dan Coats de l'Indiana. «C'était constructif. Mais il n'y a pas eu de résolution», a-t-il ajouté.

La sénatrice républicaine Susan Collins a expliqué que le président Obama avait exprimé son intérêt pour une partie de son plan. Il n'avait pas rejeté la partie du plan qui prévoit l'annulation de la taxe sur les appareils médicaux, qui était prévue comme source de financement dans la loi-phare de Barack Obama sur la santé, l'Obamacare, vivement combattue par les républicains.

«Il n'a évidemment pas été d'accord avec ma description des effets négatifs de la taxe», a dit la sénatrice. «Mais il a aussi clairement reconnu que ce n'est pas le coeur de l'Obamacare et que cela n'affecte pas sa loi, tant que les recettes sont remplacées, comme je l'ai proposé.»

Pression du G20

Le président démocrate du Sénat, Harry Reid, a annoncé son intention d'organiser un vote vendredi ou samedi sur une mesure qui permettrait d'augmenter le plafond de la dette pour une année sans condition. Quitte à trouver ensuite un compromis sur une durée plus courte.

La pression monte sur les Etats-Unis de la part de ses partenaires internationaux. Réunis jeudi et vendredi à Washington, les pays industrialisés et émergents du G20 ont appelé vendredi les Etats-Unis à «agir d'urgence» pour régler leur crise budgétaire qui menace l'économie mondiale.

«Les Etats-Unis doivent agir d'urgence pour régler leurs incertitudes budgétaires à court terme», indique le G20-Finances dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion à Washington.

(ats/afp)

Ton opinion